Jean-Christophe Sellin « Non à la prolotaxe ! »

J’aimerais vous parler de ce qui m’anime et de ma liberté, de mes  moments de rêves éveillés, de mon émancipation quotidienne : la culture et la musique. La sensibilisation des élèves du Primaire à la musique classique et à l’opéra en passerelles avec le jazz et les musiques du monde, c’est mon métier. Quelle joie, quel bonheur de voir ces émotions se dessiner et ces réflexions s’engager lors des concerts où nous avons accueilli 100.000 élèves, parents et enseignants en quinze ans. Mais voilà, je suis contraint de vous parler de finances et de budget. C’est mon devoir d’afficher la vérité des prix et d’éclairer ce chemin, assombri et confus. Les budgets, ça fait moins rêver que du Mozart mais ça éclaire les choix d’une ville et d’une société. Le 7 novembre dernier, au Conseil d’Agglomération de Toulouse Métropole, nous avons discuté du futur budget 2014 sous le coup d’1.5 milliards d’euros de baisse programmée de la dépense publique chaque année sur les collectivités locales et leurs politiques publiques. Quelques gros chiffres pour bien se faire comprendre : 150 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires, 200 milliards d’exonérations patronales sans contrepartie d’embauche, 25 milliards de Crédit Impôt Compétitivité Entreprise sont donnés sans contrôle pour baisser « le coût de travail » (ces chiffres prouvent que c’est le capital qui coûte), 60 milliards d’évasion fiscale,  70 milliards de manque à gagner à cause de la faible taxation du capital par rapport au travail. Cerise sur le gâteau : l’augmentation des taux intermédiaires de TVA de 7 à 10% qui  alourdira injustement la facture des salariés, précaires, retraités, petits artisans, entreprises publiques. Pour Toulouse et l’agglomération, l’augmentation de la TVA à 10%  coûtera  5 millions d’euros à Tisséo.

« Notre pays et notre ville n’ont jamais été aussi riches »

La baisse des dotations nationales sera ici de 8 millions d’euros en 2014, soit plus de 25 millions d’euros sur trois ans pour Toulouse et l’agglo. 50 millions de taxe professionnelle ne seront pas compensés, on arrive à 75 millions. C’est le coût du financement de la gratuité totale des transports pour tous sur l’ensemble de l’agglomération (la mise à niveau de la Cotisation Transports des Entreprises de 2 à 2.7% comme à Paris générerait aussi 68 millions d’euros pour la gratuité des transports pour pérenniser cette mesure). Les ressources de la Taxe d’habitation sont équivalentes à la Cotisation Foncière des Entreprises (129 et 132 millions d’euros). Il y a donc deux problèmes ; la baisse des dotations de l’Etat et les choix internes au budget. Citoyens-lecteurs, notez qu’aucune voix ne s’est élevée, à part la mienne, contre ce budget d’austérité. Notre pays et notre ville n’ont jamais été aussi riches mais les budgets n’ont jamais été aussi mal orientés pour satisfaire les besoins de la population. Non à la Prolotaxe ! C’est la raison pour laquelle, en écho à l’appel de Jean-Luc Mélenchon et du Front de Gauche, nous organisons une manifestation nationale à Bercy le 1er décembre pour la révolution fiscale.

Jean-Christophe Sellin est le leader de la liste « A Toulouse Place au peuple » pour les municipales.

Particularité : Bien que membre de la majorité municipale, il a refusé de voter le dernier budget.

Twitter : @PartideGauche31

 



UN COMMENTAIRE SUR Jean-Christophe Sellin « Non à la prolotaxe ! »

  1. Richard dit :

    Jusqu’à quand laisserons nous la finance piller les pays d’Europe les uns après les autres ?
    Il est temps que les peuples se réveillent et ne les laisse plus faire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.