Incompétence

Francis Manaud

Après cette longue période électorale qui a mobilisé tous les esprits au point de nous faire oublier la réalité des choses, nous voici au pied du mur de la dette, mur qu’il va falloir gravir coûte que coûte à la seule force vive de la Nation, à savoir à la force de ceux qui produisent et créent des richesses. Car il faut se rendre à l’évidence : ce ne seront ni les gens qui gagnent le Smic, ni ceux trop peu nombreux des grandes fortunes même si par pure démagogie on a voulu les surtaxer pour faire l’exemple, mais ceux qui depuis des générations font vivre et prospérer notre pays. Ils devront encore une fois mettre la main à la poche pour redresser les comptes de la Nation mis à mal par un personnel politique totalement incompétent et dont il va falloir sérieusement songer à se séparer. Avec une dette de mille quatre cents milliards qui avoisinent les 90% de notre PIB, jamais la France n’a été aussi proche de la faillite qu’aujourd’hui. Pourquoi sont-ils à ce point incompétents ? Tout simplement parce qu’ils ne connaissent rien de la gestion, rien de ce qu’est une feuille de paye, rien de ce qui constitue l’effort des entreprises pour mener à bien tel projet industriel ou commercial. Ils se conduisent comme si pour piloter un avion, on ne pratiquait qu’avec un simulateur de vol sans jamais être confronté à la réalité du ciel et de ses éléments.

Créateurs d’idées et de richesses

Tous sont allés ou vont à la facilité c’est-à-dire augmenter sans cesse les impôts sans même essayer d’autres pistes ne serait-ce qu’encourager la création d’entreprises au lieu de maintenir les gens à se complaire dans l’assistanat par toutes sortes d’aides sans aucune contre partie. Cette politique n’a comme résultat que de lasser ceux qui produisent des richesses qui ne servent qu’à combler des déficits provoqués par des politiques plus occupés à se faire réélire pour profiter du système plutôt qu’à prendre conscience du déclin de nos industries et de notre balance commerciale dangereusement déficitaire. Quant aux économies, ce ne sont pas quelques diminutions de rémunérations d’élus qui feront le compte. Les gabegies multiples de la part des collectivités locales toutes tendances confondues, prouvent s’il en était besoin, la nécessité d’un grand coup de propre qu’hélas personne ne veut donner. Il est à craindre que de plus en plus, les citoyens se lassent d’une telle situation et que l’indifférence fasse place un jour à une profonde colère nourrie par le désespoir. Déjà 50% de la population boude les urnes, ce qui signifie très clairement que le système est à bout de souffle. Il faut donc en changer et donc changer les hommes quand la démocratie montre ses limites. Une piste pourrait consister à faire une sélection des hommes capables d’être les représentants du peuple en écartant ceux qui visiblement ne sont là que pour faire de la figuration. La physionomie de notre Assemblée nationale en serait profondément modifiée et ses travaux autrement plus efficaces. Finis les incompétents et bienvenue aux créateurs d’idées et de richesses.

 

Françis Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.