Grichka Lingerat « C’est toute la République qui est bafouée »

C’est avec horreur et stupéfaction que nous avons pris connaissance la semaine dernière de la mortelle agression à l’encontre du militant Clément Méric, lâchement assassiné parce qu’il était un militant antifasciste. La montée en puissance des idées nauséabondes de l’extrême droite est une réalité, qui s’inscrit aujourd’hui dans le sang de ce jeune étudiant en Sciences Po. Par cet acte inqualifiable, c’est toute la République qui est bafouée. Les démocrates peuvent en témoigner, de toutes les époques, ces groupuscules ont existé et l’idéologie qui les accompagne profite des périodes de crises économiques pour progresser, pour avancer, avec les tristes destins que l’on connaît. Le développement des activismes d’extrême droite ces dernières années émerge à la faveur d’un climat délétère, comme toujours ! La violence de cette crise économique et surtout sociale qui touche les Français et les Européens, s’accompagne d’une banalisation des idées extrême droite. L’idéologie des « Fronts Nationaux », celle du rejet de l’autre qui occulte sciemment les véritables rapports de domination au sein de notre société, a progressivement pénétré les droites européennes.

« L’UMP porte donc une part de responsabilité dans ce qui se passe aujourd’hui »

Mais ne nous y trompons pas, ce sont les années Sarkozy qui ont contribué à libérer la parole extrémiste. L’UMP porte donc une part de responsabilité dans ce qui se passe aujourd’hui et ce qui se prépare pour demain. La violence des mots amène invariablement à des passages à l’acte. De même, les appels à la haine, comme celui de cet élu UMP de Marseille qui prône la violence contre les Roms, entraînent de fait la recrudescence de ces mouvements extrémistes. Dopés par un climat de tension entretenu, par une homophobie consciemment alimentée par les droites françaises, les JNR et autres « Blocs identitaires » proches du Front National ne représentent que la partie visible d’un mal bien plus profond. Ce meurtre sordide doit interpeller tous les démocrates et nous rappelle avec une triste acuité l’importance de prendre la mesure des agissements des droites extrêmes au cœur même de notre République. Notre devoir reste plus que jamais de dénoncer ces actes avec la plus grande fermeté, mais surtout de faire preuve d’une grande vigilance devant la banalisation de ces idées et actes qui, souhaitons-le, ne feront plus jamais vaciller notre République. Républicains, nous avons un grand combat culturel à mener ensemble. Parce qu’il ne faut jamais cautionner la haine de l’autre et parce qu’il ne faut jamais cesser le combat : mobilisons-nous !

Grichka Lingerat est l’animateur fédéral du Mouvement des Jeunes Socialistes de Haute-Garonne.

Particularité : Il a succédé à Vincent Gibert devenu secrétaire national du MJS

Mail : grichkalingerat@hotmail.fr

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.