Edito JT 296

[size=x-large][color=0000CC]Inventaire[/color][/size]

Pour les entreprises sérieuses, la fin de l’année rend obligatoire un exercice souvent fastidieux, l’inventaire. C’est l’occasion pour les responsables de fermer le commerce et de compter ce qu’il reste dans les rayons, que l’on pourra utiliser ou vendre durant la nouvelle année.

Après la déclaration pour le moins maladroite de notre premier ministre qui avait jugé la France en faillite, on comprend qu’un tel exercice de fin d’année soit pour notre pays d’une importance capitale. Soyons précis et objectif pour ne pas compromettre le résultat du bilan qui s’ensuivra. Impossible de faire le compte et de chiffrer l’immense patrimoine immobilier qui se décline en propriétés, châteaux et autres appartements luxueux qui profitent dit-on à quelques privilégiés mais qui par ailleurs font que notre pays est le plus visité au monde. Merci à ceux qui les ont achetés, construits même si pour cela il a fallu des sacrifices humains. Les grandes choses se font toujours dans la douleur de ceux qui les subissent. On n’a pas pu compter non plus les fonctionnaires et bien que le matériel humain n’entre pas ici en ligne de compte, savoir leur nombre serait très intéressant. D’autant que par ailleurs on sait ce qu’ils nous coûtent puisque l’on veut en diminuer le nombre en augmentant leur rendement. Tout un programme qui vient s’additionner aux bons ou mauvais points qui seront donnés dorénavant à nos ministres. C’est cela désormais l’école de la République.

Ephémère…

Côté politique jusqu’au milieu de l’année 2007 nous avions une gauche et une droite aux contours bien définis. Tout au moins le croyait-on jusqu’au moment où brusquement par un phénomène d’aspiration inconnu jusque-là, des éléments incontrôlés de la gauche se trouvent aujourd’hui à droite ! De quoi légitimement mettre en colère les «oubliés» de la droite et perturber les braves électeurs qui ont regardé au centre. Hélas, trois fois hélas, ne voilà-t-il pas que le centre lui aussi s’est ouvert et que des hommes qui s’étaient juré fidélité jusqu’à la mort, subissent aussi cette aspiration fatale qui les entraînent irrésistiblement vers le pouvoir. Attention messieurs, ayez toujours en mémoire les éphémères qui se brûlent au contact d’une lumière trop vive. Mais que l’on se rassure, ils gardent intacte leur conviction ! Le tout est de savoir laquelle ; ce qui pour le commun des électeurs n’est pas du tout évident. Dès lors, que l’on ne s’étonne plus du nombre des abstentions. Pour notre chef de l’Etat côté cœur, même tendance. Un jour c’est le grand amour avec l’une, le lendemain c’est avec l’autre et pour aller plus vite on évitera le juge qui n’est d’aucun côté, pour aller chez le notaire qui connaît bien la famille.

Démocratie participative ?

J’allais oublier dans l’inventaire les tribunaux en forte diminution ainsi que les maternités. Bientôt les femmes recommenceront à accoucher chez elles et l’on rendra la justice sous les chênes qui resteront debout si à l’école on évite d’apprendre Jean de la Fontaine. Bonjour le progrès ! On a également compté beaucoup de radars fixes ou mobiles de préférences implantés dans des zones sans accidents. D’ailleurs pas un seul cliché d’une quelconque catastrophe car si il y en avait, les médias nous l’auraient dit. Et puis il ne faut pas oublier l’Europe dans notre inventaire. Cette Europe qui marchait si bien à six puis à douze qu’on la met à vingt sept ! Et quelles économies ! Plus de frontières, plus de douaniers et bientôt une constitution, (non, pas de mots qui fâchent !), un traité que seuls les parlementaires peuvent comprendre. C’est pourquoi on va éviter aux peuples de faire des bêtises en les faisant voter. C’est cela la démocratie participative. Bientôt ne pourront voter que les bacs plus quelques années d’études ! Quoique qu’au train où vont les choses dans ce domaine ceux-là représenteront bientôt la totalité de la population, il ne faut vexer personne… Enfin j’allais oublier quelque part un point important à l’inventaire, moins de pouvoir d’achat donc plus de bicyclettes. Mais ça, vous le saviez déjà.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.