Brrrr

Depuis une bonne quinzaine de jours,la Francegrelotte et l’on ne parle plus que de cela. Les journaux télévisés, toutes chaînes confondues, les radios et la presse écrite, toutes et tous étirent leurs commentaires, en veux-tu en voilà. Du nord au sud, de l’ouest à l’est, chaque parcelle de notre territoire est passée à la loupe et rien n’y manque. Des champs de neige aux rivières gelées, des rues verglacées aux fontaines figées, tout est revu et visité pour que rien n’échappe à notre curiosité hivernale, sans parler des cars scolaires arrêtés, des voitures dans les fossés et notre pauvre Corse coupée en deux par une route impraticable. Rien n’est désormais plus important que cette complainte journalière où les plus beaux villages enneigés de France le dispute avec les commerçants ambulants qui deviennent les sauveurs des isolés mais que l’on aura vite oubliés aussitôt que le soleil aura refait son apparition. C’est néanmoins l’occasion de mettre l’accent sur une misère qui sans cela demeurerait secrète parce que la misère ne fait pas des parts d’audience et que ce sont elles qui permettent de faire vivre nos chères vedettes de la télévision aux salaires souvent indécents. Quel scandale de se rendre compte, avec les impôts et les taxes de tous ordres qui inondent les caisses d’un Etat insatiable, qu’il faille que ce soient encore des bénévoles pour assurer distributions de couvertures et boissons chaudes. Quel scandale qu’au nom de la liberté, on n’ait pas trouvé le moyen de contraindre des hommes et des femmes à accepter un abri au risque de les voir mourir de froid, victimes de leur inconscience et de notre lâcheté.


 

Des solutions efficaces, simples et pratiques

Quel scandale qu’il faille encore aujourd’hui qu’existent les Restos du cœur pour nourrir des familles entières incapables de subvenir au plus élémentaire des impératifs de la vie : manger. Que dire des conditions d’hygiène de sécurité et de salubrité qui nous sont révélées dans quelques reportages courageux qui devraient nous faire honte. C’est d’ailleurs peut-être cette honte que veulent susciter les pouvoirs publics pour nous inciter à la concupiscence et à la charité pour éviter de mettre en place des moyens dignes de ce nom. Depuis quelque temps, nos hommes politiques font des gorges chaudes de l’augmentation de la natalité, qu’en sera-t-il si dans quelques années nous ne pouvons faire face à cet afflux quand nous sommes incapables d’y faire face aujourd’hui ? Notre pays va entrer dans un grand débat qui va déterminer la vie de nos concitoyens pendant les cinq prochaines années. Ce débat ne saurait occulter la triste réalité qui se fait jour et qui s’accentue toujours un peu plus. Ce ne seront pas les invectives et les mauvaises querelles qui seront les solutions aux maux qui nous assaillent, mais des solutions efficaces, simples et pratiques comprises par tout le monde et pour le bien commun. Il faudra faire des efforts mais désormais nos responsables seront jugés sévèrement sur leurs actes et sur leurs résultats. Tout échec sera sanctionné. Alors vive la fin de l’hiver et que le printemps soit beau.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.