L’emprise politique

Le Tour de France est à peine terminé avec pour la première fois un britannique maillot jaune et vainqueur comme pour mieux annoncer la prochaine ouverture des Jeux Olympiques à Londres : l’objectif des Français est de remporter 41 médailles et de faire à nouveau partager, à une France en vacances et à une autre téléspectatrice, une «France qui gagne», avec le patriotisme au cœur de l’universel olympique inventé par P. de Coubertin. Mais c’est d’abord la tuerie inconcevable (bien que répétitive aux États-Unis mais aussi ailleurs comme il y a un an en Norvège) de Denver qui suscite l’effroi des Américains comme de l’opinion publique internationale comme si la réalité meurtrière avait rattrapé Batman, le super-héros qui lutte sans relâche contre l’ultra violence. Néanmoins, la «machine» est lancée et l’homme chauve-souris, malgré le tireur fou – docteur en neurosciences ! – enregistre déjà 80 millions de dollars de rentrée, lui permettant ainsi, film aidant, de gagner son combat contre le Mal !

Reste la problématique du port d’arme libre aux États-Unis, de la sécurité impossible à installer en tout lieu dans une démocratie, de la capacité d’un État de droit dans le respect des libertés publiques à prévenir ce genre de massacre qui en déstabilisant la société suscite les positions extrémistes (pour plus de sécurité). Au-delà de ces joutes olympiennes montrant l’emprise et la tenaille sportives sur nos médias (trop de sport ne  tuerait-il pas le sport ?), c’est la situation de guerre civile en Syrie et l’impéritie de l’ONU qui suscite l’inquiétude au Proche-Orient, mais aussi dans toutes les capitales : assistons-nous à la naissance d’un nouvel Afghanistan ou même de dizaines d’Afghanistan ? Al Qaïda est-il sur le point de mettre la main sur le stock syrien d’armes chimiques au point de mettre en danger Israël ; les sunnites sont-ils décidés à aller jusqu’au bout pour briser l’arc chiite qui balaie la Région ? Faut-il enfin suivre l’Ambassadeur de Russie à Paris, Alexandre Orlov, quand il déclare : «Bachar al-Assad va partir mais avec ou sans Assad, ce régime va rester et tenir». Et de comparer la crise syrienne à une crise internationale, mais surtout à «la crise de confiance entre les membres du Conseil de Sécurité.» C’est avec cette toile de fond d’inquiétude que François Hollande assure une présence médiatique continue sur les fronts corréziens (avec le Tour de France, avec Jacques Chirac – la Corrèze a donné deux Présidents à la France – ) mais aussi parlementaire (par le biais de son Premier Ministre et de son gouvernement ; clôture du chapitre Sarkozy avec 7.2 milliards de hausse d’impôts) et historique (discours important Dimanche 22 Juillet pour l’emplacement de l’ancien «Vel d’Hiv» en s’inscrivant dans le sillon chiraquien en reconnaissant «le crime de la France en France par l’arrestation de dizaines de milliers de juifs» sans l’aide d’un seul soldat allemand et en insistant sur l’impératif pédagogique républicain dans nos lycées, pour une jeunesse qui à 80% (selon les sondages) ne sait pas aujourd’hui ce qu’est, ce que fut «la rafle du Vel d’Hiv». Néanmoins, à la veille de la trêve estivale (le Président irait se reposer à Brégançon) l’opinion publique, comme le souligne Jean-Luc Parodi est à nouveau très «marquée par la conflictualité de l’affrontement présidentiel : d’un côté un exécutif majoritairement approuvé mais néanmoins en baisse pour le deuxième mois consécutif ; de l’autre un électorat d’opposition déjà très mobilisé sur des thématiques assez sarkozyennes «comme si, sur fond de guerre du vizir à la place du vizir» à l’UMP (Raffarin soutenant Copé), on assistait à une «resarkoïsation» des esprits. Aux nouveaux gouvernants de manier avec plus de subtilité et de sens politique l’anti-sarkozysme systématique : à trop l’utiliser, il pourrait revenir en boomerang en créant sur le terrain, dans les terroirs et dans la rue, une remobilisation illustrant la rentrée très chaude à venir.

 

 Stéphane Baumont



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.