Martine Courdon Dequidt « La Laïcité indissociable de notre République »

« La liberté d’être ce que nous sommes ne nous suffit pas ; nous voulons encore celle d’être ce que nous ne sommes pas. » Jean Grenier

 

Vivre ensemble c’est accepter et reconnaître les spécificités de chacun d’entre nous, mais cela ne peut être envisagé en dehors des lois qui régissent notre pays. La séparation des églises et de l’Etat est instaurée en France depuis 1905, et pourtant, depuis ces dernières années, nous vivons au rythme des essais des différentes religions, voire de partis extrémistes, d’en détourner son application. Cette trame qu’est la laïcité, nous offre une possibilité de croyance et/ou d’opinion sans nous autoriser à les imposer. S’il y a dogme, il reste du domaine du choix personnel. Toutes ces libertés individuelles ne sont possibles, que si elles sont développées dans le domaine privé. Car passée cette zone, la course aux exceptions accompagnées de leurs surenchères ne fera que commencer et de fait la société s’éloignera de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen :

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public. » De même, sur le plan économique, l’application claire de la laïcité permet d’éviter la confusion des genres et ainsi faire l’économie des subventions trop souvent attribuées aux associations dites « culturelles » dont l’activité réelle est en fait cultuelle. Aussi, le temps est peut-être venu d’être en accord avec la fierté de la France du siècle des Lumières et se remémorer de grands noms tels que Voltaire, La Fontaine et Molière qui ont tant œuvré pour la liberté, mais qu’on a laissé mourir dans des conditions déplorables du fait de la religion qui refusait qu’ils soient honorés et enterrés dignement. Pour ces raisons, l’inscription de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat dans la Constitution est une nécessité. La Laïcité, pilier de notre République, sera incontournable quand la proposition de Françoise Laborde, adoptée par le Sénat en janvier 2012, sera présentée et votée à l’Assemblée Nationale.

 

Martine Courdon Dequidt est la vice-présidente du PRG 31 en charge de la diversité, et présidente du Grand Cercle des Radicaux de Gauche de l’Agglomération toulousaine.

Particularité : Elle vient de revenir à ses premières amours, le théâtre et vient de jouer dans une pièce au TMP de Pibrac sous la direction de Marie-Hélène Barreau.

Mail : m.cd@free.fr

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.