Alain Mila « Oui le progressisme est une idée d’avenir ! »

J’entends ici et là, des discussions souvent « de comptoir » parfois plus « smart » disant qu’après seulement 13 mois de gouvernance l’échec de François Hollande et de sa majorité gouvernementale serait acté et qu’il stigmatiserait l’échec de toute la gauche ! Avons-nous, collectivement, aussi peu de mémoire que cela ? Avons-nous tout simplement oublié que nous sortons de dix longues et pénibles années d’ultra libéralisme dont le seul objectif fut de préserver et d’accroître les avantages de quelques-uns ? Devons-nous rappeler tout simplement par ces quelques propos de Jaurès que « le courage c’est de chercher la vérité et de la dire » ? Eh bien ce courage et cette vérité, c’est qu’il faut replanter sur un terrain passé par le napalm du libéralisme  les valeurs, pourtant si simples de la République, d’égalité, de fraternité, de liberté, de solidarité, d’humanisme. Faut-il oublier, purement et simplement les engagements probablement les plus difficiles, en matière économique, qui ont été tenus ? Je pense notamment à la création de la banque publique d’investissement, au retour sur l’allègement de l’ISF qui avait été décidé par la droite, aux emplois d’avenir, à la mise en place des contrats de génération ?

Faut-il tirer un trait sur les promesses sociales dont l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, la retraite à 60 ans, pour ceux qui ont cotisé et ont toutes leurs annuités, le remboursement intégral de l’IVG pour toutes les femmes et la réforme sociétale la plus récente qui ouvre le droit au mariage et à l’adoption aux couples de même sexe ? « C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source » disait Jaurès, et bien c’est unie et en portant des valeurs de progrès que la gauche fera avancer le vivre mieux et le vivre ensemble. Et c’est dans ce sens, et pour qu’un souffle nouveau et concret soit donné au pays sur le plan de l’emploi et de la justice sociale qu’il convient à mes yeux d’engager rapidement deux réformes majeures, la première fixant l’objectif d’une réforme structurelle et durable portant évaluation et contrôle des aides publiques aux entreprises et la seconde en affectant 1,5 milliard d’euros à l’investissement et à la gestion du patrimoine des hôpitaux publics qui serait un signal social fort pour nos concitoyens si attachés au système hospitalier public français, aujourd’hui terriblement menacé si des moyens supplémentaires ne lui sont pas consacrés en urgence.

Avocat de profession, Alain Mila est délégué régional et membre de l’exécutif national, du MUP (Mouvement Unitaire Progressiste) de Robert Hue.

Particularité : Passionné de photographie, il exposera du 24 au 29 mars 2014 à la Galerie des Carmes

Mail : alainmilaavocat@gmail.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.