UMP déstabilisée… Nicolas Sarkozy renforcé ?

Rien dans le résultat de ces élections régionales ne pourrait démontrer qu’en 2012 Nicolas Sarkozy serait battu par le représentant de la gauche, quel qu’il soit… Car une élection Présidentielle est bien particulière pour la majorité des Français, d’autant si à gauche aucun leader ne s’impose à la régulière. Bien entendu aujourd’hui cette dernière a le beau rôle et même toute la légitimité pour se montrer aussi triomphaliste. On peut la comprendre…

Sauf que bien loin des cacophonies parisiennes, le résultat de ces régionales pourrait se montrer, certes comme un avertissement, mais aussi et surtout, comme une chance pour l’UMP et ses partenaires… Face à une Gauche trop “riche” de personnalités en tous genres qui peuvent la mener à sa perte voire lui faire prendre le risque de l’implosion. Une Gauche où dès dimanche soir les apparatchiks comme les leaders des différents courants posaient leurs ambitions collectives et individuelles pour demain… Une Gauche toujours plus hétéroclite que les appétits d’ego, aiguisés par ce succès, fera qu’elle sera au fil des mois et plus on se rapprochera de 2012, moins solidaire qu’il n’y paraît aujourd’hui.
Qui peut croire au coup de baguette magique qui voudrait voir la gauche plurielle se fondre dans un même moule, dans l’intérêt soi-disant général ? Pas même Martine Aubry qui sait d’avance que la messe est loin d’être dite avec les potes de Daniel Cohn-Bendit et encore moins avec ceux de Cécile Duflot. D’autant que chez les écologistes, la Parisienne ne se laissera pas rouler dans la farine par ceux qui veulent fondre son mouvement des “Verts”, dans la multinationale qu’est devenue Europe Ecologie… Sans oublier une Ségolène Royal qui, menant particulièrement bien sa barque, est loin d’avoir abdiqué, d’autant si d’aventure les Frêche et autres Coulomb et leurs Fédérations venaient à la soutenir au sein même du PS pour les Présidentielles…
Et puis si tout le monde insiste sur l’effondrement de l’UMP, je pense que là n’est pas le cœur du problème, d’autant qu’il y a d’autres enseignements à tirer de ces élections régionales. Et en premier lieu le score exceptionnel du Front National que les Français pourraient croire le seul capable de régler les problèmes de l’insécurité comme ceux des communautarismes…

Le gouvernement doit revoir sa copie

Oui, le Président de la République, Nicolas Sarkozy doit nous expliquer à nouveau son projet, son engagement pour la France ; ce qu’il attend des Français. Un contrat moral qui devra prendre en compte ce mal être qui nous gagne tous. Un mal être qui prend sa source avec une injustice sociale grandissante entre les Français. D’un côté, les nantis dont font partie nos élus, toutes tendances confondues, avec des salaires, des avantages non-imposables, des retraites sur mesure… Et de l’autre, des Français qui n’ont pas la garantie de l’emploi, des salaires qui ne suivent pas l’évolution de la vie, qui vivent au jour le jour et qui savent déjà que leur retraite ne leur permettra pas de vivre décemment dans ce pays. Plus, pour certains, c’est l’obligation d’envisager de s‘expatrier à l’étranger dans des pays dits plus pauvres, pour avoir l’espoir d’un mieux-vivre mérité que la France, l’Europe, leur avaient pourtant promis…
Et voilà que l’insécurité se trouve toujours plus présente et partout, à chaque coin de rue. Avec des pouvoirs publics qui ne semblent pas vouloir mesurer l’ampleur du phénomène. Aujourd’hui il n’est pas recommandé d’aller voir un match de football avec ses enfants… Même pas à Toulouse avec des supporters du TFC qui se sont encore une fois illustrés… à Rennes…

 


Où est l’opposition ?

Oui, ces élections ont été un test national pour les amis du Président et pour s’en convaincre, il suffit de voir la grande homogénéité des résultats dans chaque région. Certes, le message doit être entendu… Mais il apporte aussi une autre réflexion de profane, celle de savoir ce qu’ont fait dans chaque Région et durant leurs mandats les élus d’opposition. Cette défaite leur incombe en premier lieu. Se cacher derrière le phénomène national serait, de leur part, une belle hypocrisie. C’est d’ailleurs, en Midi-Pyrénées, ce que leur reprochait clairement le Président Martin Malvy en rappelant à l’opinion publique que : «Les élus de l’opposition ne contestent ma politique qu’une fois tous les 6 ans, au moment des élections…». Le mélange des genres aurait-il servi à certains ?
Et puis, l’abstention record montre que s’il y a certes, un désaveu total de l’électorat contre l’UMP, tout ne peut se résumer à ce seul constat. Si l’on ne se déplace plus pour voter, c’est que l’on est devenu indifférent à la politique, conscient, à tort ou à raison, que quoique l’on fasse, rien ne change. Et puis comment se sentir concerné par des régions dont on ne connaît ni les enjeux, ni même les frontières et encore moins notre rôle ; passé le fameux week-end des élections. Et là, ce sont les Hommes en place de Gauche qui tiennent toute la responsabilité de ce désaveu. Parce qu’ils ont en charge de nous en expliquer les enjeux et les devoirs et que jamais ils ne se sont pliés à ce travail de pédagogie.
En fait et surtout, nous sommes toujours plus nombreux à ne plus nous reconnaître dans cette France insipide, donneuse de leçons, mais incapable de réflexion, d’esprit critique, d’équité et de justice, entre tous les Français. Sinon, demain il sera trop tard…

André Gérôme Gallego
Directeur de la publication
andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.