Que puis-je promettre à mon petit-fils ?

Oui, alors qu’un Black est devenu Président du plus puissant pays au Monde, les USA ; que pour une fois on a l’impression qu’enfin les méchants sont battus et que l’espoir revient dans le camp des plus tolérants, des plus ouverts aux autres, des altruistes ; qu’alors même que l’économie mondiale est à terre, que tout indique que nous pourrions aller vers les jours les plus sombres de notre histoire moderne, de l’histoire même de l’humanité ; malgré tout, l’espoir reste en nous.
Alors que puis-je promettre à mon petit-fils, lui garantir, alors qu’il vient de naître… Qu’il est à l’aurore de sa vie… Si ce n’est qu’à travers la réussite de Barack Obama, lui montrer que l’exemple est là, que tout est possible pour qui a la foi en lui, en les autres, foi en demain. A la lumière de l’Espérance qui, quelques soient les épreuves passées, n’a jamais quitté son grand-père…
Oui, que pourrais-je engager de crédible que demain Virgile, “Virginio pour les intimes”, ne saurait me rappeler gravement, comme paroles en l’air, si jamais j’avais tout faux. Oui, que pourrais-je lui raconter d’espoirs à vivre, sans crainte de me tromper ?
Quelle crédibilité aurais-je à clamer, à ce “franco-espagno-italo-portugais” de mon sang, de ma lignée, les valeurs humanistes qui coulent dans mes veines, si je ne me contentais que de mots pour les exprimer. Oui, comment rassurer ce “sang mêlé” que même si, comme hier ses parents, il fait partie de cette France plurielle, il n’en constitue pas moins, comme Barack au USA, le socle d’espérance le plus crédible de ce pays.
Oui et justement parce qu’il est de cette génération plurielle, il saura se construire, comme ses aïeux, de toutes les religions, de toutes les valeurs de fraternité, sans haine ni mépris de l’Autre ; de cette France plurielle qui devra se convaincre et convaincre qu’elle est bien héritière et partie intégrante de ce “Pays des Lumières”, de la “Patrie des Droits de l’Homme”. Croire encore en un destin de mieux vivre qui lui est coûte que coûte dédié, même si aujourd’hui le pays qui s’ouvre à lui, est recroquevillé sur lui-même, arc-bouté sur des certitudes d’un autre temps.
Un pays à la traîne, qui n’est plus à la pointe en termes de propositions audacieuses, de générosité comme d’exemplarité ! Alors qu’il y a 250 ans, nos Rousseau, Voltaire, Mozart, Montesquieu, Condorcet et autres Diderot, le grand Victor Hugo, Goethe nous plaçaient à l’avant-garde sociale, à l’avant-garde de la justice, de l’équité et quelque soit son rang, ses origines, ses aspirations spirituelles.  
Mais, me direz-vous, il est incontestable que dans l’inconscient collectif planétaire, la France représente encore et de nos jours LE pays des droits de l’homme, des libres penseurs, des Lumières… Tant mieux si cela nous encourage à agir.

Barack Obama, le sauveur ?

Pourtant aujourd’hui, force est de constater que ce sont les élections américaines avec un Barack Obama qui rafle le jackpot, qui réveillent justement l’esprit du siècle des Lumières. Elles amènent, en chacun de nous, l’espoir d’un renouveau. Par l’avènement d’un “Black” elles réveillent une prise de conscience collective que tout espoir nous est permis. Mais surtout, que rien ne restera des grands principes humanistes du “siècle des Lumières”, si encore une fois, nous restons demain arc-boutés sur notre méfiance de l’Autre.
Il faut une prise de conscience collective pour sortir de l’obscurantisme ambiant qui nous entraîne vers le bas. Un acte fort pour nous permettre d’engager une pensée et une action libres éclairées par la raison, données en partage à tous les Hommes de la terre.
Doit-on rappeler que nous appartenons tous à la même espèce, que quelque soit notre origine, nous possédons tous des droits inaliénables ; et qu’à travers nos actes, nous nous devons de rechercher le bien-être humain. Un esprit commun où doivent s’affirmer la liberté de l’individu et la souveraineté du peuple.
Peut-être que mon petit fils m’interrogera : «Grand-Père, quel est le premier devoir d’un Homme» ? Et alors m’entendrai-je probablement lui répondre : «remplir dignement l’état où la Providence l’a placé». Mais je n’omettrai pas d‘ajouter «qu’il pense par lui-même, qu’il dispose d’une entière liberté d’examiner, de questionner, de mettre en doute, de critiquer, que plus aucun dogme, ni aucune institution ne sont sacrés». Probablement qu’il renchérira, en me rappelant avec raison : «Qu’on ne peut être d’accord avec tout le monde». Alors j’espère que j’aurai assez de conviction pour dire, selon la formule d’Edgar Morin: «Parce qu’ils auront su travailler, l’un avec l’autre, l’un et l’autre, l’un contre l’autre, dans le respect mutuel, ils pourront dire la complexité du monde». Je tenterai de lui montrer que de ce creuset France pourront s’exprimer le “cosmopolitisme” des idées et des êtres, l’idée républicaine comme laïque, l’universalisme de l’humanisme. Que l’on soit de gauche ou de droite, croyants ou incroyants, athées ou agnostiques, rationalistes ou spiritualistes, tous nous pouvons, nous devons travailler à l’épanouissement de l’Homme dans sa dignité et sa liberté. Oui, ici la liberté absolue de conscience, la fraternité sont des biens précieux à défendre et à transmettre. Non la France n’est pas en déclin mais elle se doit incontestablement de réinvestir le champ de la pensée, de l’écoute et de l’action.
Oui, pour mon petit-fils, je me dois de tout faire pour réveiller les Lumières afin qu’il ait, comme le dira Kant, «le courage de se servir de son propre entendement !» car la seule vraie devise des Lumières, reste dans cette certitude.
Et puis au fil du temps, il saura que son grand-père aura toujours à son attention cette petite torche sous les boisseaux sur lesquels il continue de veiller modestement, degré par degré, pour l’encourager à se dépasser lui-même, lui donner l’Espérance en demain.
Bébé je t’aime…

André-Gérôme Gallego
Directeur de la publication
andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.