Pendant que l’on nous distrait avec Edvige…

…… On nous parle un peu moins de tout ce qui fait que notre quotidien, des difficultés de plus en plus difficiles à supporter.
Quant au fichier au nom plein de sous-entendus d’Edvige, bizarre que tous ses opposants découvrent le bébé, juste aujourd’hui. Alors que voilà des années qu’il est dans les cartons et que nos chers élus ont eu déjà à se prononcer sur son devenir en votant son texte en 2004…
Franchement à qui veut-on faire croire qu’une société aussi sensibilisée à l’insécurité, au moins depuis un certain septembre 2001, n’ait pas déjà fiché tous les indésirables ou individus jugés dangereux, à un titre ou un autre, que compte notre pays. Le contraire serait grave.
Aujourd’hui que l’on veuille suivre un peu plus nos jeunes de plus de 13 ans, qui toisent pour la plupart les 1,80 cm, quoi de plus normal quand on sait qu’ils sont manipulés par les grands frères et la cause de bon nombres de délits majeurs et viols, recensés ici et là… Mais jamais condamnables, vu justement leur âge…
Pourtant deux réserves, sur ce fameux fichier policier quand il est question de faire apparaître le choix sexuel comme le bilan de santé de chacun. Car ici on entre dans l’intimité, dans l’espace de liberté qui concerne chaque citoyen. Passer outre ne serait pas digne d’une démocratie.
Par contre il est vrai que quand les feux de l’actualité sont braqués sur “Edvige”, que la polémique autour de ses valeurs se trouve bien orchestrée par nos grands médias, on oublie de nous parler du plus dur à nous expliquer : que notre pouvoir d’achat n’en finit pas de reculer.
D’autant que dans le même temps, rien ne semble freiner nos chers élus dans leur volonté de nous trouver, chaque jour un peu plus, la belle innovation fiscale qui nous prendra le peu qu’il nous reste.

Réserve parlementaire

Et surtout pas facile de nous expliquer que chaque année, a contrario, leur pouvoir d’achat ne connaît pas la crise, au contraire. Qu’il aura fallu, et ça n’est pas anodin, attendre près de cinquante ans de vie de la Ve République pour que la Cour des Comptes soit désormais autorisée à ausculter le budget de l’Elysée comme celui des Assemblées, Sénat et Parlement.
Dès lors il n’est pas surprenant d’apprendre qu’il fait bon vivre justement au Sénat et que son Président, élu depuis 1998, veuille malgré son âge canonique, 80 ans, briguer un autre mandat. Sait-on que le budget de fonctionnement, net d’impôt, de cette incontournable personnalité, ne doit pas être très éloigné des 2,5 millions d’euros par an. Somme à laquelle, on n’oublie pas d’ajouter une indemnité qui doit avoisiner les 180.000 €. Sans oublier une vingtaine de domestiques, deux appartements de fonction, 25 conseillers et 17 secrétaires etc…
Rappelons aussi, que dans sa juste lutte contre les régimes spéciaux de retraite, la majorité parlementaire a oublié d’en épingler un : le sien. Un seul mandat de député de 5 ans ouvre en effet le droit, même battu, à un renouvellement des prestations durant 5 ans et ensuite à 1.550 € par mois, ad vitam aeternam. Soit l’équivalent de ce que perçoit en moyenne un salarié du privé au terme d’une carrière complète de plus de 40 ans. Elle n’est pas belle la vie ?

Equité ?

Sans oublier, que tous les ans, l’Assemblée et le Sénat s’allouent une «réserve parlementaire» estimée à 90 millions d’euros à l’attention des députés et de 55 millions d’euros pour les sénateurs. Soit 145 millions d’euros qui donnent à chaque élu une sorte de “droit à jouir” sur le budget de l’Etat pour financer des infrastructures ou des associations dans sa circonscription. Les bons élus décrochent souvent, par an, plus de 100.000 €, d’autres 30.000 €. Quant aux novices ils ignorent bien souvent l’existence même du système et on se garde bien de les en informer. Pourtant ce qui peut paraître encore plus troublant c’est d’apprendre qu’il n’existe aucune liste publique des dits projets financés… Aucun contrôle, bizarre, non… ?
Que dire aussi du parc automobile des plus luxueux et des plus importants avec des limousines signées par les grands constructeurs français et dont les prix varient entre 45.000 et 53.000 € l’unité…
Et quand on sait que la plupart de nos élus, cumulent en Province mandats et avantages complémentaires, en tous genres, on peut raisonnablement se poser la question de l’équité dans ce pays.
De savoir si encore une fois et comme toujours le Français moyen qui aura sacrifié toute son existence pour tenter de s’élever dans la société, n’est pas encore et comme toujours, le dindon de la farce.
Que loin des discours de circonstances, la Droite comme la Gauche, ne trouvent toujours matière à se mettre d’accord sur notre dos.
C’est aussi et surtout ça la France.

André-Gérôme Gallego
Directeur de la Publication
andreg@aol.com


NB : En fait ce fichier existe depuis 1991 et comme de logique il se doit d’être en permanence réactualisé. Ceci dans l’intérêt de la Nation, des Français mais aussi de nos Policiers qui chaque jour risquent, ne l’oublions pas, leur vie pour nous protéger… Par contre nulle contestation pour ce qui concerne le fichier propre à la Gendarmerie et déclaré, officiellement, nulle part….



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.