Les syndicalistes mènent-ils une vraie vie de château ?

C’est la question que bon nombre de français se posent, quand ils prennent connaissance des excès pratiqués et vus ici et là, notamment lors de fiestas organisées par les CE. Oui, les fameux Comités d’Entreprises aux budgets colossaux, comme ceux d’EDF/GDF, Air France, RATP, GDF Suez, bien souvent rattrapés par la Cour des Comptes ou plus directement par la justice … Des puissances financières aux mains des élus de la CGT ou de la CFDT comme de FO, pour citer les principales centrales.

Et voilà qu’encore une fois, malgré la crise et les difficultés vécues par la majorité des français, ces personnages profitent de tout et bien souvent en dépit de la loi. Celle que l’on rappelle, sans ménagement, aux français de la France silencieuse, laborieuse et qui ne se fait plus d’illusions sur tous ces fonds de commerces.

Mais sait-on aussi que ces syndicats, la CGT, la CFDT et FO possèdent chacun leur propre château dans lesquel ils se réunissent entre cadres pour soi-disant travailler, mais surtout bien festoyer.

C’est ainsi que l’on apprend que le château de Courcelle-sur-Yvette, dans l’Essonne, est bien connu des cadres de la CGT puisqu’il appartient à cette dernière. Pour faire bien, il a été rebaptisé par les syndicalistes de la centrale, «Centre Benoit Frachon». Le pauvre homme doit se retourner dans sa tombe s’il voit dans quel état moral se trouve ce syndicat, dont il a été l’une des plus belle figures et des plus respectables… Les syndicalistes CFDT ont, quant à eux, le privilège de discuter retraites et temps de travail dans leur château de Bierville, à Boissy-la-Rivière dans l’Essonne. Quant à FO, il possède également son château, dans la forêt de Compiègne, le château dela Brévière.

Sauf que la question qu’il serait opportun de se poser aujourd’hui c’est de connaître le financement utilisé pour s’approprier de telles propriétés ? Ces châteaux ont-ils été financés avec l’aide des subventions publiques versées aux syndicats ? Ou alors qui paye vraiment ces châteaux pour les mettre à la disposition des syndicats ?

 

André G. Gallego



UN COMMENTAIRE SUR Les syndicalistes mènent-ils une vraie vie de château ?

  1. Pierre Trincot dit :

    Ceux voire celles qui firent bâtir ces belles demeures doivent s’émouvoir outre-tombe de l’usage fait de leurs propriétés {mort de rire} en plus de se stupir du devenir de la société depuis leur décès !
    LOL : Même l’ Arlette La Guiller est devenue châtelaine groupusculaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.