Le Petit Amar

15 ans, victime de la violence de crapules et de l’impuissance coupable de nos dirigeants politiques comme de l’ensemble des pouvoirs publics.
Victime de toutes celles et ceux qui ne veulent pas voir le mal qui s’installe dans cette société. Ceux qui ont cru, comme un certain Ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, qui préconisait de fermer les yeux sur les petites combines des banlieues et les “200 balles” que le gamin posait sur la télé, à l’attention de sa maman, était le prix à payer pour avoir la paix, se sont trompés. Et aujourd’hui on a passé le niveau supérieur et il n’est pas certain que l’on puisse revenir en arrière.
Sauf que les “200 balles” d’hier ont fait des petits et de mauvais exemples en mauvais exemples ont créé des modes de vies, des conduites à tenir pour gagner sa vie en marge de la société. Aujourd’hui les petits trafiquants d’hier ont même pignon sur rue et probable que des petits caïds sont derrière toute cette violence qui gagne, pas seulement les cités.

Pour lire
la suite, reportez-vous au Journal Toulousain n°393.

En vente en kiosque au prix de 1
euro.

L’article sera consultable dans sa
totalité dans 15 jours.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.