La SNCF ouvre ses archives de 1939 à 1945

Il y a un plus d’an, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, reconnaissait le rôle joué par l’entreprise publique dans la déportation de milliers de Juifs, vers les camps de la mort. Comme il le précisait, à l’époque, elle fut “un rouage de la machine nazie d’extermination” qui verra, de 1942 à 1944, près de 80.000 victimes Juives recensées. Notamment entre 1943 et 1944, en cédant à la ville de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, un terrain propriété de la gare d’où allaient partir plus de 20.000 juifs vers le destin cruel que l’on connait.

Aujourd’hui, en 2011, la SNCFsemble enfin avoir pris conscience qu’il était temps d’arrêter là l’hypocrisie qui aurait voulu démontrer que toutes les informations de cette période noire de l’histoire de notre pays ne pouvaient être révélées à tout citoyen. Elle accepte de  franchir le pas décisif qui doit apporter toute la lumière nécessaire avec «cette démarche de transparence en procédant à la numérisation de la totalité des documents d’archives” afin de comprendre la période 1939-1945, comme le précisait son Président. Une période, des dates clefs dans l’histoire comme dans l’identité même de la société ferroviaire. Aujourd’hui, il semblerait que tous les documents historiques aient été saisis et numérisés. Qu’aucun tri n’aurait été effectué auparavant, dans le seul but de garantir à tout un chacun l’accès à la totalité des pièces enregistrées durant ladite période : la moindre des choses !

Une démarche “importante” de la SNCF saluée par tous, car elle permettra, comme le relèvent les spécialistes , d’ «écrire» une histoire conforme à la réalité. Et pourquoi pas de démontrer qu’elle n’était probablement pas suffisamment libre pour dire non aux Allemands en appréciant si elle avait les moyens de s’opposer à leurs demandes.

Reste pourtant un “regret”, celui de n’avoir entendu Guillaume Pepy s’exprimer sur cette décision capitale que quand il a été sommé par des élus américains de rendre des comptes sur l’attitude de son entreprise durant cette période. En fait, le préalable à toute soumission à l’appel d’offre proposé par les autorités de Floride pour un projet de ligne à grande vitesse entre Tampa et Orlando et pour l’exploitation d’une ligne à grande vitesse en Californie. La question est posée…

A Bobigny, en Seine-Saint-Denis, l’exposition permanente qui transforme le site ferroviaire en un lieu de mémoire et d’éducation «… une note d’espoir, car nous croyons tous que l’éducation est un rempart contre l’ignorance, l’indifférence, le racisme et l’antisémitisme… L’occasion de rendre hommage à l’inlassable travail d’éducation mené par les survivants, qui vont dans les salles de classe pour faire comprendre comment cet événement s’est déroulé, comment la machine à broyer les corps et les âmes s’est installée, ce qu’ont été les souffrances des victimes, la détresse des orphelins. C’est le souhait et l’espoir dela SNCF: qu’à travers l’Éducation, nous apprenions du passé pour construire un monde meilleur pour le futur. C’est notre souhait le plus cher.»

Guillaume Pepy, Président de la SNCF

«… En cette journée internationale en mémoire des victimes dela Shoah, nous sommes réunis aujourd’hui pour leur rendre hommage. Nous pensons à eux. Nous pensons aussi à leurs descendants qui partagent aujourd’hui ce moment de recueillement avec nous. Je sais à quel point les blessures intimes rejoignent ici l’Histoire. Et pourtant, au-delà de la douleur, nous avons un devoir moral vis-à-vis de ces morts. Celui de «penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable», comme nous y incite le philosophe Vladimir Jankélévitch. C’est, je crois fondamentalement ce qui nous guide aujourd’hui dans notre souhait de préserver et de donner à voir cette ancienne gare qui fut l’un des principaux lieux de départ pour la déportation des Juifs de France. Ensemble, nous avons porté ce projet longtemps et avec patience. Etape par étape, nous avons entrepris de donner à ce lieu une dignité à la hauteur de l’impensable : l’extermination d’une partie de l’Humanité !»

Catherine Peyge, Maire de Bobigny

 

André Gérôme Gallego

Directeur de l’Information

andreg@aol.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.