La Guerre

Francis Manaud

Voilà donc notre armée sitôt de retour d’Afghanistan qui se projette en Afrique au secours d’un Mali infesté par des terroristes jihadistes. Déjà une question se pose : fallait-il répondre favorablement à l’appel des Maliens qui voyaient l’avancée inexorable de l’ennemi vers une capitale désormais menacée alors que l’armée nationale battait en retraite ? Le passé d’une France coloniale pouvait être un obstacle non négligeable, mais la résolution de l’Onu nous donnait toute légitimité pour le faire. La présence d’une partie de nos troupes dans des pays voisins permettait un engagement immédiat dans l’attente d’une force Africaine qui consoliderait les positions acquises. Le danger permanent représenté par le terrorisme en Afrique et les nombreuses prises d’otages qui en découlent, renforce encore plus la légitimité de notre intervention avec évidemment le risque encouru pour ces otages de payer de leur vie la présence de l’armée Française. Mais il faut désormais en finir avec cette menace permanente qui pèse sur nos ressortissants amenés à voyager ou à travailler dans ces pays le plus souvent pour leur apporter un progrès auquel ils aspirent tandis que l’obscurantisme religieux des jihadistes refuse toute idée de modernité. Si tel est leur souhait, qu’ils vivent leurs convictions en restant reclus et sans pour cela les imposer aux autres. A vouloir infliger la charia ils s’exposent inexorablement à la levée des boucliers de ceux qui défendent le droit à la liberté de croire ou de ne pas croire.

 

«C’est beau, c’est grand, c’est généreux la France»

 

Ce fanatisme religieux est devenu un cancer dont les métastases se répandent partout dans le monde, il faut donc le combattre mais aussi nous en protéger ce qui justifie pleinement l’opération vigipirate. La position de la France est donc tout à fait légitime mais il convient toutefois d’en définir et d’en délimiter les contours. La France est passée de la cinquième à la huitième place des pays industrialisés, c’est dire les difficultés que nous rencontrons pour rester dans le peloton de tête de ceux qui ont les moyens de leurs ambitions. Mais nous avons une dette colossale et il est à craindre que notre présence au Mali ne vienne l’accroître encore de plus d’un milliard d’Euros. Visiblement cet effort va très vite devenir au-dessus de nos moyens alors que les autres pays d’Europe tout en nous soutenant moralement ne mettent pas la main à la poche. De plus notre intervention met notre pays en lumière en nous faisant courir un risque accru et en condamnant pratiquement à mort nos otages détenus par ces fous de Dieu. « C’est beau, c’est grand, c’est généreux la France » mais il ne faudrait pas que pour justifier ce mot du général De Gaulle, nous creusions encore plus nos difficultés financières alors que nos voisins continuent à prospérer et à s’abriter derrière leurs louanges à notre égard ! Où est donc cette Europe dont on nous parle et que nous ne voyons pas si ce n’est qu’aux travers des difficultés qu’elle nous procure ? Allons enfants de nos patries décidément le jour de gloire n’est pas encore arrivé.

 

Francis Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.