François Hollande seul au monde ?

C’est dans tous les cas l’impression donnée par le candidat socialiste qui, profitant de surfer sur la vague des sondages, assène chaque jour des vérités qui voudraient le faire passer pour un mécano de chez Renault alors que depuis toujours le bonhomme «surfe aussi» et surtout sur les bienfaits du système politique français. En fait à part quelques cours d’économie donnés en début de carrière et un stage dans une Cité HLM, pas la moindre expérience professionnelle, si l’on peut dire…

Et aujourd’hui le bonhomme, comme d’autres au même pédigrée de «confidents» de la Nation, voudraient nous faire croire qu’ils vont raser gratis, se prétendant même comme les seuls à même de mieux comprendre le quotidien des Français. Sauf que le bonhomme n’a pas commencé à «bosser» à 14 ans, ne sait pas ce que sont les fins de mois qui commencent à partir du 15… Qu’il n’a jamais pris le risque d’investir le moindre Kopeck pour créer un emploi… Il n’a jamais vu non plus les huissiers frapper à sa porte, au profit de toutes les institutions françaises qui ne vivent qu’aux dépens des Français. Ceux qui chaque matin se lèvent pour aller au turbin et par leurs sacrifices font bouillir la marmite France.

 A partir de 5000€/mois, on est un riche

 Oui, c’est le summum de la démagogie que de prétendre imposer à 75% les personnes qui auront gagné plus d’un million d’euros par an, car elles sont une infime minorité. Sans compter que pour l’anecdote, Yannick Noah, le premier fan de François Hollande, va prendre peur, lui qui a gagné plus de 4 millions d’euros, sur le territoire français, en 2011…

Oui, démagogie de l’absurde, car imposer les riches, c’est condamner les pauvres. On se souvient même qu’il y a quatre ans, François Hollande, alors premier secrétaire du Parti Socialiste, avait déclaré qu’à ses yeux, un «riche» était quelqu’un qui gagnait au moins 5000 euros par mois. Se comptait-il parmi les riches ? Lui au patrimoine important et c’est tant mieux pour lui, comme aux déclarations fiscales privées surprenantes. Au point que certains, obligatoirement des oiseaux de mauvais augure, pensent même qu’il n’a pas épousé Ségolène Royal, malgré leurs quatre enfants, pour limiter l’assiette fiscale du couple…

En fait, imposer les riches ! C’est, devant la difficulté, la seule réponse politique que l’on connaisse en France ! C’est ridicule ! Car il faut au contraire encourager les Français à travailler et à s’enrichir par le travail ! Ainsi l’impôt doit rester une fraction constante du revenu et dans la limite du raisonnable. Voire même pour les personnes aux revenus équivalents aux smic qu’il soit simplement supprimé ! Tout ce qui est gagné en plus est mérité et doit permettre de satisfaire le bien-être personnel. Comme celui de nos contemporains, par les différents achats qui sont effectués pour assurer son bien-être personnel et dont profite à plus d’un titre la collectivité.

Le leitmotiv proposé par Nicolas Sarkozy qui voudrait faire admettre dans la mentalité française le «travailler plus pour gagner plus» me paraît plus motivant, plus équitable.

Sans oublier la progressivité absurde de la logique de l’impôt qui dans toutes les phases de la vie vient systématiquement sanctionner à la source du revenu, mais aussi après sur l’investissement réalisé à partir de ce même revenu. C’est en permanence le principe de la double peine.

Et puis et surtout, ce pays n’a de démocratie que l’apparence… Tout est à revoir : du salaire des sénateurs avec leurs avantages indignes, aux émoluments du premier conseiller municipal d’une grande ville, comme des plus petites, en passant par ceux des députés, Présidents de régions ou de départements. De hauts personnages, sensibilisés en permanence par la réforme de tout et de rien, mais jamais par la remise en question de leurs salaires, de leurs avantages.

Pour redonner à la France un nouvel élan et garantir plus d’équités entre les Français, les solutions existent et seraient faciles à appliquer. Mais comme les enjeux politiques et les calculs individuels dominent sur le reste, il faudra des années voire des dizaines d’années pour que la France se remette de son malaise !

Alors il nous reste à continuer à payer nos impôts ou à faire le choix de changer les choses !

André Gallego

Directeur de l’Information



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.