Elections Régionales ; Brigitte Barèges sort les griffes…

… Et Martin Malvy n’a qu’à bien se tenir. C’est un peu le message qu’a voulu laisser entendre la tête de liste UMP, Brigitte Barèges, lors de la présentation de sa liste à Toulouse. Une candidate conquérante qui s’est fait pour défi de gagner les Régionales en mars prochain. Entre nous, si Brigitte Barèges parvient à tenir le cap et garde la même pugnacité, si enfin à l’UMP on joue la carte de la cohésion, on peut d’ores et déjà dire que la messe n’est pas encore dite. Que Martin Malvy n’a pas gagné, d’autant qu’au 2e tour il se devra de négocier avec une Europe Ecologie qui a des prétentions légitimes, même s’il reste à confirmer sur le terrain local les bons résultats des Européennes. L’extrême gauche voudra aussi sa part du gâteau. Par contre, quid du MoDem, dont plus personne ne sait où les poser, tant ils ont pris l’habitude de jouer au grand écart, un coup à droite, un coup à gauche, toujours suivant surtout l’opportunité du moment. Sauf que là, il semblerait que pour Brigitte Barèges, la cause soit entendue : «Au 2e tour nous présenterons la même liste qu’au 1er tour». Voilà qui a le mérite d’être clair et de rappeler aux électeurs de droite que pour gagner, il ne faudra pas se tromper d’ennemi. Que voter MoDem, c’est voter Malvy…
Et puis Brigitte Barèges a su trouver en Thierry Deville, la tête de liste en terre tarn-et-garonnaise, un homme de plaidoyer qui sait ce que pèsent les mots comme les actes. C’est ainsi que celui qui vient de quitter le Parti Radical de Gauche pour rejoindre son cousin, entendez par là le Parti Radical Valoisien, n’a pas l’intention de se laisser ni impressionner et encore moins manœuvrer par ses anciens partenaires.
Expliquant même sa démarche en toute simplicité : «Je reste dans la famille Radicale, je ne franchis pas le rubicon. Je quitte simplement le Parti Radical de Gauche pour rejoindre le Parti Radical Valoisien. En 2010, cette évolution me semble tout à fait cohérente tant sur le plan purement intellectuel que politique. Dans tous les cas, elle est bien plus logique que celle qui voudrait d’accepter le grand écart que s’apprête à réaliser, au second tour de ces élections, le PRG en s’associant aux communistes et aux amis d’Olivier Besancenot». Poussant même la réflexion en usant d’une métaphore bien personnelle, «Vous savez, si je dois porter secours à mon ancien Président, pour lequel j’ai la plus grande estime, je pense que je serai plus efficace dans un lac que dans un océan…»
Pour sa part, Brigitte Barèges se veut la garante de la modernité, de l’ouverture raisonnée et non d’opportunités comme le ferait à ses yeux son principal concurrent. Et de rappeler la gabegie relevée ici et là «avec ce qu’a coûté le Lycée Gallieni, nous aurions pu en réaliser 3»… «Il s’agit de faire bouger les lignes, en ayant en projet un plan de relance de l’économie régionale en adéquation avec les difficultés liées à l’actuelle crise économique qui frappe tant d’entreprises régionales. (…) Que ce soit Molex ou Bouyer, particulièrement concernant cette dernière entreprise touchée par un plan social, je suis consternée par l’inertie dont a fait preuve M. Malvy, dans ces deux dossiers.»
Titillée par nos confrères sur la présence de Thierry Deville à ses côtés : «Comme il vient lui-même de vous le dire, aujourd’hui en politique, il faut savoir faire bouger les lignes, notamment vers le centre, mais pas n’importe quel Centre. La présence de Thierry Deville en est un exemple. Il s’agit d’un homme de conviction, pragmatique, et qui est habité par un sens aigu de la chose publique. Il s’agit avant tout d’additionner les talents. (…) La modernité en politique passe par la capacité à rassembler, à faire le trait d’union. Désormais, la démonstration est faite : la modernité est de notre côté, et elle sera l’un des moteurs de notre campagne électorale».
Avec un défi que s’est fixé Brigitte Barèges : celui de faire le double de voix qu’Europe Ecologie. Les paris sont ouverts. 

André Gérôme Gallego


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.