Champions du Monde du ridicule

Dans cette actualité ô combien regrettable et proposée par ce qui fait l’élite du football français, tout était malheureusement prévisible. D’autant prévisible si les résultats sur le terrain se mettaient en harmonie avec l’ambiance délétère qui animait les coulisses du club France depuis quelques mois. On le sait, ici plus qu’ailleurs, ce sont les rapports de force qui font loi et l’on peut se demander si au-delà des résultats, plus catastrophiques les uns que les autres, Raymond Domenech comme les Escalettes et consorts, étaient bien les Hommes de la situation. Ceux capables d’imposer à des joueurs comme à leur environnement les valeurs humaines et sportives propres à être reconnues par tous comme des références de savoir vivre, d’échange, de reconnaissance et de respect de l’Autre comme de patriotisme. Je ne suis pas convaincu que tous ces joueurs pensent à la France quand ils enfilent le maillot tricolore. Pour l’anecdote, il est surprenant justement de voir l’épouse de l’un d’eux, invitée en Afrique du Sud avec nos impôts, arborer le tee-shirt pour soutenir son pays d’origine… 
Des Bleus à l’image de la société…

Mais que dire aussi d’une Fédération de football et de son président qui décident, six mois avant le début de la compétition, de nommer, quoiqu’il arrive au mondial, un nouvel entraîneur ? Cela démontre déjà du peu de confiance accordé à celui qu’elle défendait voilà quelques mois encore, coûte que coûte et quelques que soient les performances de son équipe. Mais surtout qu’en la circonstance, elle prenait le risque de l’affaiblir face à des joueurs qui sont de véritables stars et surtout convaincus qu’ils n’ont besoin de personne pour être performants sur le terrain. Des joueurs qui, quoiqu’il arrive, savent que demain ils auront à faire à un autre entraîneur. En l’occurrence un Laurent Blanc qui dans cette histoire, n’est pas “blanc-bleu”. Car, petit aparté, le bonhomme quelque soit le respect que l’on puisse lui accorder par ailleurs, est en contrat avec son club Bordeaux quand il décide ouvertement et contre le choix de ses dirigeants de se porter candidat au poste de sélectionneur. Alors même que son club vient de décrocher le titre de champion de France, qu’il est engagé en Coupe d’Europe et que sportivement sur la saison 2009/2010 son contrat d’objectif n’est pas rempli. Plus, ce positionnement pourra être retenu comme la cause de son échec sportif à Bordeaux avec, comme pour Domenech aujourd’hui, des joueurs qui vont se mettre à déjouer au point que son équipe va vite perdre pied, notamment en championnat en n’accrochant même pas une place qualificative pour la Coupe d’Europe 2010/2011.
On le voit, des us et des coutumes footballistiques peu éloignées des mœurs de la société, où c’est là aussi le rapport de force qui fait loi. Comme les combinazione en tous genres qui, au gré des intérêts de l’instant, des uns et des autres, vont faire avancer tel ou tel pion, et tant pis si le sort commun, celui du football français dans le cas précis, comme celui des Français au quotidien, est encore une fois oublié.

Vous avez dit des professionnels ?

Un football qui, on le dit peu, coûte très cher aux contribuables français qui vont assurer le financement des infrastructures, la formation des jeunes talents, français ou pas, qui deviendront demain des Anelka, Henry, Zidane et consorts… Petit aparté, dans le match Brésil/Côte d’Ivoire, 8 joueurs sortaient de nos écoles de formations… Des joueurs adulés comme il se doit mais qui auront peu ou pas payé le moindre impôt dans ce pays. Oui, des joueurs dont le seul retour sur investissement, si j’ose dire, serait de se montrer responsables et concernés quand ils portent le maillot tricolore. Mais comment voulez-vous que des personnages rétribués, à 25 ans et sans aucune éducation, 700.000 €/mois, soit l’équivalent de toute une carrière pour un ouvrier lambda, puissent rester lucides sur les valeurs de la vie de tous les jours ? Au fait, d’où provient tout cet argent qui circule dans le football, pourrait être aussi la bonne question à se poser…
Pourtant nous n’exigeons pas l’impossible d’eux. Qu’ils soient seulement et sur le terrain des exemples comme naguère leurs prestigieux prédécesseurs qui composaient l’équipe de France. Des joueurs qui comme eux faisaient partie intégrante de cette France “Génération Plurielle”, qui sans renier ses racines, n’en n’oubliaient pas moins de faire honneur à leur maillot. Pour moi, ce n’est pas la meilleure équipe de France qui nous représente en Afrique du Sud. Ce sont les agents de joueurs qui ont imposé à la Fédération Française de Football leurs poulains. Quels sont alors les intérêts qui sont derrière tout cela ? Nous ne le saurons jamais ou alors dans 10 voire 20 ans, quand il n’y aura plus aucun risque pour tous ces manipulateurs. Sauf qu’aujourd’hui, à cause de personnages aux excès inexcusables, c’est encore une fois notre pays qui est ridiculisé. Sans oublier que c’est aussi à travers le comportement de ces “footeux”, comme de leur hordes sauvages de supporters que se juge un pays. Et on n’a pas fini de mesurer, ici et là, les dégâts colatéraux causés en la circonstance. Il suffit pour s’en convaincre de lire aujourd’hui la presse étrangère. Ce sont des professionnels et l’on se doit de les sanctionner sur les plans sportif et financier.

 


7 millions d’Euros pour la FFF

Quant à Roselyne Bachelot, avec ses interventions pathétiques et ridicules, on en est à se demander si elle ne nous porte pas la “scoumoune”. Avec elle, n’oublions pas que nous avons connu la grippe H1NI, aujourd’hui le fiasco des Bleus et quoi demain ?
Mais comme nous le dira le président Escalettes, en attendant, éliminée de ce Mondial sud-africain, la France n’aura pas tout perdu. En effet, même si les Bleus se sont faits sortir dès le premier tour, la FFF encaissera la bagatelle de 7 millions d’euros, dans le cadre des dotations prévues par la FIFA. Elle n’est pas belle la vie ?

André Gérôme Gallego
Directeur de la publication
andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.