Absurde !

Francis Manaud

Le tribunal correctionnel de Montpellier vient de condamner à six ans de prison un maçon d’une quarantaine d’années pour avoir renversé et tué une étudiante en pharmacie de vingt ans. Cet homme conduisait avec plus de vingt grammes d’alcool dans le sang, sans permis, déjà annulé pour conduite en état d’ivresse, avec des traces de stupéfiants et pour faire bonne mesure, il a grillé un ou plusieurs feux rouges pour fuir sans s’arrêter. La peine maximum prévue par la loi pour ce chapelet d’infractions : dix ans d’emprisonnement pour huit ans requis que le tribunal a ramené à six années avec interdiction de repasser le permis pendant cinq ans. Quand l’on sait qu’avec les remises automatiques de peine, ce triste individu restera emprisonné deux ans au plus, on est en droit de se poser la question de la pertinence de la loi et si une interdiction de conduire à vie ne s’imposait pas même si cela ne figure pas dans les textes. Illusoire bien entendu pour cette race d’hommes qui s’affranchit allègrement de toutes les règles établies et qu’une interdiction n’a jamais arrêté. On peut légitimement se demander si l’on ne se trouve pas en présence tout simplement d’un meurtrier dont l’arme est constituée par sa voiture conduite au mépris de toutes les règles requises pour n’en faire qu’un simple moyen de transport. Un tel acharnement s’apparente plus à un crime qu’à un délit et à ce titre, aurait mérité d’être jugé aux assises par un jury populaire. Mais la loi ne prévoit rien en ce sens ; cette loi que pour d’autres faits de société on triture à longueur de semaines ou de mois et que l’on laisse muette pour qualifier des horreurs comme celles qu’il faudrait dénoncer de la façon la plus formelle. Qu’on le veuille ou non, cet homme est bel et bien un assassin qui va continuer à vivre alors qu’il a pris la vie à une cette jeune fille. L’égalité entre les hommes s’arrête où la barbarie commence quand on sait que toute rédemption est illusoire. Quand on sait que plus de quatre cent mille conducteurs circulent en France sans permis de conduire avec tous les risques que cela comporte, ne faut-il pas revoir de fond en comble toutes les règles mises en place et les sanctions qui les accompagnent ? Comment faire le parallèle de ce qui précède avec des points perdus çà et là sur un permis mais qui peuvent conduire à une annulation et faire basculer le contrevenant dans la délinquance et la ruine ? Car le corolaire de tout cela, on l’oublie trop souvent, c’est l’annulation de l’assurance et la responsabilité directe du contrevenant sur ses biens propres des dégâts occasionnés qui peuvent atteindre des sommes vertigineuses. Et comme toujours en cas d’insolvabilité, c’est la collectivité qui paye par l’intermédiaire du fond de garantie des victimes. Si la perte de points dans le cas des fautes graves est absolument indispensable, il ne faut pas laisser à des radars robots le soin de se substituer à l’homme. La sanction financière dans la plupart des cas sera suffisante et largement proportionnelle à l’infraction commise. Alors supprimons l’absurde pour être pragmatiques et votons des lois qui satisfassent l’intelligence.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.