A l’ombre des marronniers ?

Chaque année, à pareille époque, l’actualité prend son coup de soleil et pour bon nombre de mes confrères resurgit le complexe de la page ou de l’écran blanc.
Mais comme le prétend la rumeur, un journaliste n’est jamais à court d’idée. Ne voit-il pas même qu’il invente sa propre assurance tout risque. L’antisèche qui va lui permettre, vaille que vaille, de combler ces grands vides. Plus, à partir d’un point et d’une virgule, il peut nous raconter l’histoire qui va faire tic-tac dans le cœur des lecteurs impatients d’en savoir un peu plus.
Je me souviens même, dans une autre vie, d’un grand patron de presse qui à longueur de temps nous disait : «Pas besoin de vérifier, si toi tu l’as pensé c’est qu’en France 10 000 personnes l’ont pensé aussi, alors tu peux l’écrire». C’est probablement ce qui a fait annoncer par certains que les camps de la mort n’ont jamais existé, que l’Homme ne s’est jamais posé sur la Lune, que les méfaits de Tchernobyl se sont arrêtés à la frontière française, que les attentats de New-York ne seraient qu’une mise en scène de la CIA… etc…
En fait des “petits papiers”, ce sont des thèmes qui d’une année sur l’autre font le bonheur réactualisé des salles de rédaction. Des bouche-trous que l’on appelle, en jargon de presse, des “marronniers”…
Cet été n’a pas manqué à la logique estivale avec une actualité en sommeil qui n’aurait pas été très folichonne s’il n’y avait pas eu ce feuilleton à rebondissements, orchestré par les pouvoirs publics et les médias, sur les possibles conséquences de la fameuse grippe porcine. Après sa cousine l’aussi médiatique aviaire et en attendant celle du colimaçon, en principe pour la prochaine rentrée ! Chaque jour était l’opportunité d’une nouvelle annonce à rebondissement. Alors d’un côté on parle d’une pandémie qui paralysera tout le pays, de l’autre des spécialistes de la médecine comme de la politique, à l’image d’un certain Bernard Debré, parlent de «foutage de gueule, rien de plus qu’une grippe normale»…Mais finalement qui croire ?
La réponse dans quelques jours ? Car pour l’instant la seule différence avec la grippe traditionnelle, c’est que cette dernière version n’hésite plus à nous enquiquiner en plein été. Et pour ceux qui craignaient de voir nos femmes voilées, ne voient-il pas arriver, dès la rentrée, l’obligation de porter pour tous le masque… histoire de s’habituer en attendant la burka pour l’hiver…
Ensuite, il y a les fameux feux de forêts, particulièrement en Corse. Un maquis qui s’embrase à longueur de temps, des refrains de feux de départ volontaires, toujours des soupçons orientés vers des bergers en mal de sensations fortes, jamais de certitudes. Mais surtout aucune politique préventive qui pourrait apporter sa part de bienfaits. Et si par bonheur deux malheureux pompiers volontaires étaient mis en cause dans le départ de l’un de ces feux de forêts, alors là c’est la “une” qui prend des couleurs.

 


Et puis il y a la personnalité de l’été, hier Bernard tapie, Ségolène Royale, François Bayrou, aujourd’hui c’est autour d’un anonyme Préfet. Un certain Paul Girot de Langlade, qui se trouve au cœur d’une polémique et même visé par une plainte pour injure raciale. Dans un aéroport, alors qu’on lui demandait de vider ses poches après que l’alarme du portique de sécurité ait retenti, le Préfet aurait répondu, selon les propos rapportés par la première plaignante: «On se croirait en Afrique» et «de toute façon, il n’y a que des Noirs ici.»… Un dérapage verbal, à vérifier, qui aura fait les choux gras de bon nombre de rédactions et réveiller quelques bonnes âmes… Peut-être que l’an prochain nous aurons droit à une enquête sur les modes de recrutement de ces entreprises privées dite de sécurité ?
Hier cible pour la malbouffe, aujourd’hui c’est de la TVA pour les restaurateurs ramenée à 5,5 % dont en parle. Sauf que les résultats, malgré les promesses, tant sur l’emploi que sur le prix des consommations, ne seraient pas des plus probants ? Il semblerait même, selon les statistiques officielles, que les fameux prix n’auraient reculé que de 1,3 %. Mais laissons le temps aux choses de se faire. Dans quelques mois, nous verrons si les potes d’André Daguin auront tenu parole. Car en période de crise économique, perdre 5 milliards de rentrées fiscales pour une baisse de quelques centimes au “kawa” du matin… Surtout quand on sait que l’on peut le payer dans certaines terrasses 1,5O € à 13h59 et 2,5O € à partir de 14h…
Puis arrive la fameuse autorisation d’ouverture des magasins le dimanche dans les villes dites touristiques. Sauf que là encore le législateur aura du mal à définir quelle ville est touristique ou pas, mais imposera pourtant d’autorité Lille Marseille et Paris comme références… Laissant sur le carreau de la réflexion des villes comme Toulouse, Bordeaux, Arles ou Nantes… Qui, entre nous, n’ont pas attendu le feu vert pour poser déjà leurs jalons.

 


Les lamentos inévitables de nos chers agriculteurs toujours en crise d’une année sur l’autre, pas assez de récolte ou trop de récolte tuent de toute façon la recette. Prétendument surendettés par des investissements, pourtant couverts bien souvent par des aides locales, régionales, nationales et surtout européennes, mais jamais énoncées nulle part. A droite comme à gauche, on ne touche pas à un réservoir aussi important de voix… Sauf quand un grand malheur s’abat sur la profession. Entendez, par là, qu’à Bruxelles un fonctionnaire trop regardant surprend nos gentils agriculteurs la main dans le pot de miel et leur impose de rembourser “dare-dare” un trop perçu d’aides indues. Mais encore une fois personne pour dénoncer l’insupportable : ce sera au contribuable français que l’on demandera de mettre la main à la poche et sans aucune contrepartie. Entendez, aucune certitude d’avoir à goûter, au juste prix, des fruits de qualité, à bonne époque, sans pesticides et cueillis à bonne période, c’est-à-dire mûrs et non pas durs comme une boule de billard… Sans oublier qu’apprendre que des agriculteurs français détournent des aides publiques et de surcroît européennes a de quoi surprendre. On pensait généralement, d’après ces derniers, que seuls les Italiens et les Espagnols, les indisciplinés de l’Europe, goûtaient à ce sport du pas vu pas pris…
Toujours dans le même tempo, une petite nouveauté chez nos chers agriculteurs : le sulfatage des vignes et autres plantations se font très souvent, modernité oblige, avec l’aide d’hélicoptères, ça va plus vite. Mais pas d’affolement, les “machins” volent assez haut pour éviter les lignes à haute tension et les pesticides et autres insecticides, nitrates, ainsi répandus, n’atteignent que les champs désignés, jamais le voisinage. C’est prouvé scientifiquement… Les fossés, les ruisseaux, les routes, les villas, ton jardin potager que tu croyais bio, sont évités. Pas de vent qui vienne perturber la manœuvre, une vraie action chirurgicale, c’est prouvé…
Il y a aussi les inspecteurs de la répression des fraudes, les inspecteurs du travail, qui ici et là vont faire avec peu de moyens un énorme travail. C’est une certitude… Ils proposeront même de bons “titres de Une” pour avoir constaté ici et là des frigos à basse température, des écarts dans les horaires dans tel ou tel métier estival voire quelques oublis de déclarations. Par contre rien contre ces vendeurs à la sauvette qui depuis des années ont pignon sur rue et même plus. Des petits malins qui font la pige à des petits commerces au bord de l’asphyxie et ne participent en rien à l’effort collectif en payant charges et autres impôts…

 


Le fameux bateau russe l’Arctic Sea, battant pavillon maltais, porté disparu durant plusieurs semaines, puis retrouvé comme par magie à 300 milles du Cap-Vert. Avec à son bord, un équipage russe qui sera récupéré “sain et sauf” par un bateau russe, drôle de coïncidence. Un bateau attaqué parait-il à deux reprises, juste après avoir quitté son port d’attache en Hollande puis au Portugal. Les Vikings et des fans de Vasco de Gama seraient-ils en train de faire de la concurrence déloyale aux Ethiopiens ?  
Après Johnny Hallyday et Carla Bruni l’an dernier, c’est Michael Jackson qui a la cote d’amour de nos grands tabloïds. Une aubaine, il aura fallu attendre près de deux mois après sa mort, survenue le 25 juin dernier, pour connaître la destination finale de sa dépouille, le cimetière de Forest Lawn. Autre interrogation, la star sera-t-elle ou pas enterrée, le jour de son anniversaire ?, alors que l’on aurait pu penser que le plus important à connaitre résiderait sur les causes réelles de son décès. En fait, il s’agit d’un feuilleton à rebondissements qui ne vaudra jamais NCIS ou Les Experts à Miami. Peut-être “Plus belle la vie”, le truc tourné à Marseille et dont raffole la France profonde.  Bison futé, qui résiste malgré les GPS et autres Hipod à la mode, qui vous donnent les bons trajets et vous annoncent même les radars fixes et flottants. Cette année notre Bison Futé aura-t-il vu juste ? Oui, car il aura annoncé lors des grands départs et des grands retours qu’il y aurait des bouchons ! Le nombre d’heures d’attentes devant les péages et autres entrées de villes voire les circuits malins c’est pour l’an prochain.
Le fameux prix du cartable de la rentrée qui d’après notre Ministre ne dépassera pas cette année les 40 € ? Il faut n’avoir jamais constitué le cartable de l’un de ses enfants pour croire à une telle ineptie. Par contre, rien sur le poids du fameux cartable, mais tout sur le bio made in China ou Pologne que l’on encourage à adopter…

 


Rien cette année sur le prix du carburant qui n’aura jamais été aussi cher, compte tenu de la situation économique mondiale et surtout du prix du baril. Mais tout sur une taxe carbone qui coûtera au bas mot pas moins de 300 € à chaque Français. A quant de vraies associations de consommateurs pour défendre justement nos concitoyens ?
Pas de marée noire et pas d’infos sur les algues vertes qui envahissent les côtes bretonnes et les dénaturent. Ce sont les nitrates déversés par les paysans Bretons qui seraient responsables, mais il ne faut rien dire.
Rien non plus sur la Franc-maçonnerie, c’est bizarre… Oui, rien sur cette prétendue secte qui regroupe que des personnages louches qui ne pensent qu’à s’entraider aux dépends des autres. Ils sont partout raconte la rumeur. Pourtant, voilà quelques décennies, un sage parfaitement informé de ce domaine et à qui je posais justement ces interrogations maintes fois lues et relues ici et là, me rappela tout simplement que : «Si dans le monde profane on pensait qu’il y avait 3 % de gens biens, parmi les Francs-maçons on espérait avoir réalisé le miracle d’élever ce chiffre de 3 à 7 : tout un symbole. Le reste c’est comme partout»… Bizarre…
Finalement la seule chose dont on soit sûr, c’est que la rentrée 2009 sera comme toutes les autres : dure et même très dure. Et probablement fatale pour les plus faibles, car au-delà des grands discours, on soutiendra et même on trouvera prétexte à excuser les carences des gros bras pour mépriser les petits, ceux qui en fait font bouillir la marmite France, mais qui n’intéressent aucune statistique.  
En fait, soyons convaincus que d’une année sur l’autre, ça n’est pas prêt de changer. Là est la vraie vérité…

André-Gérôme Gallego
Directeur de la publication
andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.