Les aides de l’Etat ? Sauvages et immorales !

Selon le politiquement correct, le libéralisme serait «sauvage». La liberté de créer des richesses en prenant des risques serait bassement cupide, sans foi ni loi. Le politicien affiche que son intervention «régulerait» les myriades d’échanges quotidiens et volontaires de l’humanité. Il a convaincu la population que «l’Etat est là pour nous aider» !

Pourtant, les Lumières nous ont appris que l’Etat, pour être juste, se doit de n’être que régalien. Illustrons cela avec Sanofi et Peugeot. Certains reprochent désormais à Peugeot, qui licencie pour ne pas s’être restructuré, de ne pas avoir su anticiper pour s’adapter à son marché, l’automobile. Et les mêmes reprochent maintenant à Sanofi, qui ne licencie pas mais se restructure, d’anticiper pour s’adapter à son marché, le médicament. Belle cohérence des reproches.

Qui, pourtant pendant plusieurs années, a jeté l’argent du contribuable en «primes à la casse» pour inciter l’achat de véhicules neufs, faussant le marché et baissant la pression de la concurrence sur Peugeot, dégagé ainsi d’efforts d’adaptation ? Qui a gâché l’argent du contribuable en subventions pour forcer la création d’un «Oncopôle» dans le pays déjà le plus consommateur de médicaments par habitant ? Subventions d’autant plus inutiles qu’elles ont accru les gains de Sanofi sur un marché faussé par un système de sécurité sociale déjà trop prodigue.

Dans les interventions politiques, Frédéric Bastiat, économiste, déjà en 1850, disait qu’il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas. Les politiques nous vendent ce que l’on voit : l’illusion de l’aide apportée. Mais c’est oublier que l’argent de ces aides a été confisqué au contribuable, citoyen ou entreprise, qui l’a gagné, sauf rares exceptions, de manière honnête.

C’est oublier que la ponction publique se fait sur une foule d’impôts, cotisations et taxes obligatoires, là où constitutionnellement cet acte devrait être «librement consenti». C’est oublier que les grandes entreprises payent déjà des contributions fiscales. Leur en rendre une fraction, soumise donc à l’arbitraire politique, nuit encore plus à la transparence et à l’égalité devant l’impôt.

Ce geste crée de plus une injustice envers tous les autres acteurs de l’économie. L’Etat ne vient jamais protéger de la faillite les milliers d’artisans, commerçants ou PME contraints de financer ces avantages, alors qu’ils auraient pu vivre de leur argent honnêtement gagné. Plus extraordinaire encore, ils risquent même d’être accusés de «fraude fiscale», quand l’Etat se comporte en prédateur lors de contrôles fiscaux, plus avide d’argent que ceux qui commercent de façon libre et responsable.

Ainsi ce que l’on ne voit pas, c’est ce qui nuit à la communauté : l’Etat organise la spoliation, le vol légalisé au profit de quelques-uns et au détriment de tous les autres. On a ainsi vu Peugeot vendre plus de véhicules par la force de la loi. Mais on ne verra pas que les sommes ainsi détournées vers le marché automobile manquent à des entreprises plus performantes sur d’autres marchés, qui auraient pu largement compenser les pertes d’emplois de Peugeot.

La politique ne peut rien pour l’économie, sinon l’étouffer puis la détruire. Car l’économie, c’est le reflet de la Société, pas de la manipulation de l’Etat. Par son arbitraire, l’action politique est bien plus «sauvage» que le laissez-faire des marchés. Contrairement aux belles paroles, son immoralité est bien plus grande, car chaque intervention dans l’économie se fait au mépris de la Justice – celle du droit – et, comme nous venons de le voir, des plus faibles.

 

Patrick Aubin



UN COMMENTAIRE SUR Les aides de l’Etat ? Sauvages et immorales !

  1. Thierry Jallas dit :

    Bravo pour cet article que je trouve court et clair, donc très bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.