Le rédac’chef de la semaine: Matthieu Miegeville

Fondateur de l’association Jerkov Musiques, dont il est le programmateur, et chanteur reconnu sur la scène de la ville rose, Matthieu Miegeville vient de publier un recueil de ses textes intitulé « L’enfant du silence ». Simultanément, il enregistre son dernier opus « The child from silence » avec son collectif rock Terre Neuve. Figure de proue de la culture toulousaine, il s’attarde sur l’actualité de sa ville et en commente les principales informations.

 

Interdiction des spectacles de Dieudonné

« Dieudonné ne me fait plus rire depuis un moment déjà ! Je ne peux pas faire la distinction entre l’homme de scène à l’humour potache et l’homme qui poste des vidéos et fait des déclarations provocatrices. Ceci parce que l’humour est justement contextuel : une blague n’a pas la même ampleur si elle est dite entre amis ou devant des milliers de personnes, de même que l’actualité ou l’histoire influence la manière dont elle sera perçue. Cette affaire me fait peur et m’attriste profondément ! Ma première crainte est que Dieudonné se fasse passer pour un martyr que le pouvoir bâillonne. Pourtant, avant d’avoir recours à l’interdiction de ses spectacles, ce qu’au fond je ne cautionne pas, il a été condamné à neuf reprises. Mais il s’en moque et poursuit ses provocations. Un Français moyen serait déjà en garde en vue pour les mêmes faits ! L’interdiction d’un spectacle me choque mais, ne rien faire aurait été pire. Ce nouveau fascisme bon enfant, cet antisémitisme de salon est puant ! Et cette polémique ne peut être résumée à une quenelle ! »

 

La campagne municipale

« Je me sens pleinement concerné car je vis à Toulouse et que j’ai toujours voté. Ma première constatation est l’éclatement du bloc de gauche qui rendra la tâche de Pierre Cohen plus difficile. L’union n’existe plus et il subira en plus le ressenti négatif national, le vote sanction des Toulousains pour F. Hollande et son gouvernement. Selon les sensibilités, la perception de son bilan diffèrera mais il est dommage que l’action locale soit éclipsée au profit du sentiment d’immobilité nationale. Le rassemblement n’est plus d’actualité ni à droite, ni à gauche. Il est important que, au sein d’une même famille politique, les voix discordantes puissent se faire entendre, que les idées soient nuancées, que l’on puisse avoir du gris et non seulement du noir ou du blanc. Toutefois, vaut-il mieux un compromis et gagner ensemble ou camper sur ses positions et perdre à plusieurs ? »

 

La culture occitane

« La culture occitane n’est pas passéiste mais fait partie de notre Histoire. Il s’agit d’une véritable richesse qui confère sa force et sa différence à notre région. Les étrangers le reconnaissent d’ailleurs : la France a cela de beau qu’elle regorge de paysages, de cultures, de langages différents sur son seul territoire. Ne pas promouvoir l’occitan reviendrait à oublier l’Histoire de notre région. En revanche, je pense qu’il est important de le relier au monde moderne pour que cette langue et cette culture ne deviennent pas un motif d’exclusion de ceux qui ne la pratiquent pas, une porte fermée à l’Autre. Par exemple, chez Jerkov, nous programmons le groupe « Familha Artus » à la Dynamo, le 16 janvier prochain. Ils proposent des chants en occitan sur de la musique actuelle. Ainsi, il faut ancrer cette culture ancestrale, dans notre époque. »

 

Le Stade Toulousain

« Je suis un supporter du Stade Toulousain ! J’aime la mentalité du rugby en général et celle des Rouge et Noir en particulier. Je trouve admirable de pouvoir tout donner, se dépasser, même si l’on prend des coups, pour un collectif, pour les copains. Cela me fait croire en l’Homme ! Je suis fier des valeurs portées par le club, notamment pour la place qu’il accorde aux jeunes et à leur formation. De plus, leur jeu offensif, entier, me séduit au plus haut point. Et même si la période reste un peu difficile pour le Stade Toulousain (aucune victoire à l’extérieur, ndlr), j’ai confiance en eux. Le XV Toulousain fonctionne au diesel mais il sait réagir quand il le faut. Et, même dans une mauvaise passe, ils sont quand même quatrièmes du Top14. Il suffirait donc d’un peu plus de réussite pour accrocher la qualification directe. Je ne suis pas inquiet, le Stade Toulousain va se réveiller ! »

 

Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.