Le président du Medef 31, Philippe Robardey

 Depuis 2008, il se sent impliqué dans la vie citoyenne de la ville rose et n’hésite pas à donner ses impressions sur l’actualité de cette dernière.

 

 

 

Projet de réforme du statut d’auto-entrepreneur

« La vocation première de ce statut était de faciliter l’accès au monde du travail à des gens qui en étaient exclus mais également pour lutter contre l’économie grise, par des démarches simplifiées et peu onéreuses. Je suis donc inquiet quant à la remise en cause du statut de l’auto-entrepreneur. J’ai bien compris que pour le gouvernement, il s’agit là de gérer la frontière qui sépare les auto-entrepreneurs des artisans et de trouver de nouvelles ressources fiscales, mais je crains que chercher à rapprocher les artisans des auto-entrepreneurs reste une démarche vertueuse et que le seul résultat d’une diminution du seuil de chiffre d’affaires au-delà duquel une auto-entreprise doive passer à un statut classique ne soit le retour au chômage de bon nombre d’auto-entrepreneurs et le regain d’une économie souterraine. Je prône la baisse de la fiscalité pour toutes les entreprises ! Mais aucun gouvernement, de gauche ou de droite, n’a encore eu le courage de réformer l’Etat en profondeur, de diminuer les dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales plutôt que d’augmenter les charges des entreprises. »

Retrouvez l’article ici

 

 

 

L’avenir de la prison St Michel

« Cette prison est vide depuis 2003 et l’Etat, propriétaire, souhaite vendre le bâtiment pour 11 millions d’euros. Parmi les différents projets de réhabilitation proposés figure celui d’y déménager la Toulouse Business School, seulement cette école de commerce n’a absolument pas les moyens d’acquérir le site et d’y réaliser les travaux nécessaires. Quant aux autres propositions faites notamment par Jean-Luc Moudenc et Christine De Veyrac, il s’agirait de l’implantation de centres qui permettrait à l’Etat de protéger une partie ou la totalité des 11 millions d’euros, puisque le bâtiment serait acquis par la collectivité, mais surtout qui engendrerait des travaux payés par le contribuable, puisque gérés par l’administration. Pour moi, la meilleure des solutions serait de « donner » St Michel à Toulouse Business School, tant pis pour les recettes de l’Etat. Ainsi cette dernière n’aurait à y assurer que la réhabilitation. »

 Retrouvez l’article ici

La piétonisation du centre-ville

« La conviction de Pierre Cohen consistant à ne plus voir de voitures en centre-ville est un dogme ! La piétonisation intensive des rues toulousaines conduirait à vider le centre-ville de ses commerces mais aussi de ses habitants, car qui peut résider dans un logement où, par exemple, il n’est pas possible de déposer ses courses devant chez soi, surtout pour les jeunes ménages ayant des enfants en bas âge, où les personnes âgées seraient contraintes de marcher de longue distance pour atteindre leur domicile. Et sur le plan commercial, cette volonté va favoriser les boutiques de la périphérie car il n’est pas possible de réaliser des achats volumineux ou lourds en centre-ville, l’utilisation des transports en commun les rendant impossible. Quelle ville du futur veut nous donner la municipalité ? Si les Toulousains ne peuvent pas circuler librement et facilement, ils partiront. La désertification du centre-ville est-il le souhait de la Ville ? »

 Retrouvez l’article ici

Les élections municipales

« Je constate dans un premier temps que l’économie est totalement absente des projets des différents candidats aux municipales. Personnellement, je rêve d’un maire charismatique qui aurait une dimension internationale, qui soit reconnu en dehors de notre ville et qui fédèrerait les collectivités. Je rêve qu’il soit capable d’attirer les entreprises dans notre région et qu’il porte haut les couleurs de Toulouse et de notre tissu entrepreneurial. Autant vous dire que le casting actuel ne me fait pas rêver. Au final, nous choisirons simplement le meilleur administrateur de la ville. Personnellement, je soutiendrai celui qui parlera le mieux d’économie et qui la comprendra le mieux. »

Retrouvez l’article ici

Propos recueillis par Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.