La rédac’chef de la semaine Sophie Iborra

A la tête de l’agence de communication CLB depuis dix ans, coordinatrice générale de Futurapolis 2014, présidente du club économique paritaire Exaequo mais aussi et surtout maman, Sophie Iborra est une Toulousaine active, pétillante qui a de l’énergie à revendre ! Rencontre en terrasse, Chez Jean, place Wilson.

Les candidats aux municipales

Ce qui me saute aux yeux en premier, c’est la sous-représentation des femmes en tant que têtes de liste. Une sur sept, on est loin de la parité. Heureusement, elles sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans la vie publique, alors parions que d’ici quelques années, le temps probablement de rattraper le retard, la configuration aura changé. Les élections municipales, selon moi, sont un enjeu de taille pour les Toulousains et les Toulousaines parce qu’elles conditionnent à la fois notre quotidien, notre environnement direct et la vision plus large de la place de notre ville en France et à l’étranger. Quelles perspectives ? Quel avenir ? Autant de questions qu’il faut, à mon sens, se poser à la lecture des programmes. J’ai le sentiment que Toulouse avance, les grands projets urbains sont en passe de sortir de terre, son rayonnement s’affirme, le centre-ville change de peau, de nombreuses initiatives autour de la culture, du savoir et de l’innovation sont valorisées. Il me semble important de continuer dans cette direction et d’aller encore plus loin.

Les clichés toulousains

Voici la démonstration concrète de comment créer le buzz ! Bravo ! Je me méfie toujours des clichés surtout quand il s’agit de stigmatiser telle ou telle population, selon ses origines, son sexe, etc… Dans ce cas, je les trouve utiles, presque nécessaires. Savoir jouer des clichés, c’est savoir se créer une véritable identité et s’y reconnaître. Dire que Toulouse c’est Airbus, le rugby et le cassoulet est certes un peu réducteur mais c’est aussi l’opportunité de revendiquer une image de ville performante et innovante, sportive et conviviale, où il fait bon vivre et bien manger ! Et c’est la vérité !

Toulouse, capitale gastronomique ?

Bien sûr même si tout dépend sous quels critères on se place. Si la question se pose en termes de présence de chefs étoilés en comparaison à d’autres grandes villes de France, il est vrai que nous avons un peu de retard, même si nous avons de grands noms de la cuisine française à Toulouse. La gastronomie, c’est avant tout le goût, celui des produits du Sud-Ouest. Nombreux sont les restaurants qui déclinent ces produits exceptionnels, foie gras, fromages, confiseries, vins… C’est une région entière qui pousse la réputation méritée de Toulouse en termes de « bien manger » et plus globalement de « bien vivre ». D’ailleurs je tiens à donner une Mention spéciale à Michel Sarran, digne représentant de la cuisine « made in Sud-Ouest » et à Yannick Delpech qui incarne une nouvelle génération de grands chefs. La pâtisserie qu’il vient d’ouvrir rue Alsace, le Sandyan, est du pur bonheur !

La chaire SIRIUS

Ce lancement va permettre de conforter l’expertise d’Aerospace Valley et son réseau de 150 PME, écoles d’ingénieurs, universités et laboratoires de recherche. Midi-Pyrénées compte 12 000 salariés soit un quart de la filière spatiale européenne. Ce groupe de recherche international sur les questions juridiques et économiques participera au rayonnement de notre territoire en matière d’activité spatiale. Recherche, innovation, technologie de pointe, notre région mérite son positionnement et il me semble capital de continuer à le faire valoir. J’ajoute qu’en mai prochain, les plus grands scientifiques de la planète seront réunis à Toulouse pour la troisième édition de Futurapolis. Ce sera une occasion supplémentaire de valoriser nos « savoir-faire ».

 

Propos recueillis par Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.