La gauche toulousaine ou l’art de tuer le débat démocratique !

Monsieur Briançon, adjoint au maire de Toulouse et directeur de campagne de Pierre Cohen, adepte du dérapage verbal, a jugé utile de s’en prendre à Jean-Luc Moudenc et ses soutiens à l’occasion d’un billet d’humeur sur son blog. Revenons sur les faits. Pierre Cohen ayant refusé de débattre face à Jean-Luc Moudenc à l’occasion de la matinale de France Inter qui était en direct de Toulouse ce matin (lundi 13 janvier, ndlr), plusieurs membres de l’équipe de Jean-Luc Moudenc, comme de nombreux Toulousains, se sont interrogés sur les raisons de ce refus. Le directeur de campagne du maire sortant explique sur son blog qu’une raison majeure a guidé ce choix : le refus du maire socialiste de débattre  seul face au candidat du rassemblement de la droite et du centre. Rappelons pour rafraîchir la mémoire des socialistes locaux, qu’à l’occasion du débat organisé par France 3 Midi-Pyrénées, il y a quelques semaines, Pierre Cohen avait refusé de débattre face à Jean-Luc Moudenc MAIS AUSSI face aux candidats du Front National, du Front de Gauche et d’Europe-Ecologie. Tous les candidats étaient conviés mais le maire sortant a tout bonnement refusé d’y participer.

La vérité est donc que Monsieur Briançon « MENT » de manière délibérée et explique sans gêne que nous méprisons le débat démocratique : il est grand temps que la gauche locale retrouve un minimum de dignité !

La vérité est que le maire sortant refuse de débattre par crainte d’avoir à défendre son bilan municipal et d’assumer les échecs nationaux de ses amis socialistes.

Puisque la transparence semble être le grand souci de Monsieur Briançon, précisons qu’en 2008, trois débats (France 3, TLT et M6) ont été proposés à Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc. Sur ces trois débats, AUCUN n’avait été refusé par Jean-Luc Moudenc qui les avait acceptés sans condition. Pierre Cohen en avait arbitrairement refusé deux sur trois.

Déjà, à l’époque, le courage et le sens du débat n’étaient pas ses grandes qualités.

Pour finir, Monsieur Briançon juge que la question de la participation du maire socialiste à ce débat est « bien éloignée des préoccupations des Toulousains. » Il serait intéressant de préciser aux Toulousains, comment le maire sortant va leur expliquer la suppression des patrouilles de la police municipale la nuit, la saleté de nombreuses rues de notre ville, la dégradation de la qualité de vie dans les quartiers ou encore le manque d’ambition en matière de transports ! Pierre Cohen va-t-il rester dans sa tour d’argent et se plonger dans un mutisme glacial en espérant que personne ne viendra lui demander de s’expliquer ? Va-t-il mépriser longtemps les Toulousains qui attendent des réponses de sa part ? Monsieur Briançon, ressaisissez-vous ! Avant d’essayer de distribuer les bons et les mauvais points concernant le respect du débat démocratique, essayez de comprendre que le débat doit avoir lieu devant les électeurs et non durant vos séances d’autosatisfaction au siège local du Parti Socialiste !

 

Yoann Rault-Wita

Militant pour les valeurs de la Droite



3 COMMENTAIRES SUR La gauche toulousaine ou l’art de tuer le débat démocratique !

  1. AllisterToulouse dit :

    Vous avez raison cher Monsieur de vous indigner devant le refus permanent de la Gauche de rendre des comptes et de prendre ses responsabilités.
    M. Cohen est passé maître de refuser le débat. Il n’est pas fou, il sait sa faiblesse en la matière et son agressivité verbale le dessert.
    Que le Pérruqué Briançon proclame que les Toulousains ne sont pas intéressés par le débat d’idées et de bilans, voilà sur cet autre point la confirmation que la démocratie toulousaine perd de sa saveur. On peut reprocher ce que l’on veut sur le fond à M. Malvy, mais lui aurait relevé le défi.
    C’est à la capacité de monter sur le devant de la scène que l’on reconnait les Hommes, les vrais.

  2. oToulouse dit :

    Gauche ou Droite, quelle différence?
    Même programme, même résultat.
    La ville rose s’enfonce doucement vers le bas du classement.

  3. theron dit :

    Pour les cyclistes, aucune différence entre la gauche et la droite !
    Des aménagements réalisés sans concertation avec les associations, des évènements autour du vélo squattés par la mairie pour instrumentaliser les cyclistes, des millions d’€ dilapidés dans des projets contre les cyclistes : prime à l’achat uniquement pour les VAE (Vélos Anti-Ecologiques) ; plus de 300.000€ à une seule “association” (la maison du vélo) et rien pour les autres ; plus de 400.000€ et un monopole sur les déchetteries sans le moindre appel d’offre et sans partage avec les associations et artisans agissant depuis des années, expulsions des ateliers-vélo, etc.
    Quant à la “démocratie”, à droite comme à gauche c’est pareil : pas de référendum prévu sur le PDU et le PLU comme sur de nombreux projets locaux, monopole de la parole dans les “débats publics” aux éluEs et à leur staff de propagande, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.