La chasse aux riches nous appauvrit

Pour le commun des mortels, l’impôt serait un mal nécessaire. C’est ce qu’on nous apprend à l’école, du moins. La perversité des impôts et taxes, et donc de la dépense publique, est ainsi loin d’être identifiée. Et comme c’est la saison des taxes et que le gouvernement envisage de taxer jusqu’à la bière, laissez-moi vous expliquer en termes simples ce que tout le monde devrait pouvoir reconnaître.

Imaginons qu’une fois par semaine, dix amis se retrouvent au bar et que l’addition totale se monte à 100 euros, soit 10 euros par personne. Nos dix amis décident de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du calcul de l’impôt sur le revenu, qui donnerait ceci : les quatre premiers (les plus «pauvres») ne paient rien. Le cinquième paye 1 euro, le sixième 3 euros, le septième 7 euros, le huitième 12 euros, le neuvième 18 euros, et le dernier (le plus «riche») 59 euros.

Les dix hommes semblent assez contents de leur arrangement et de se retrouver chaque semaine pour boire leurs bières. Jusqu’au jour où le tenancier décide de leur faire une remise de fidélité pour les inciter à venir plus souvent : «Comme vous êtes de bons clients», dit-il, «je vous fais une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos bières que 80 euros.»

Le groupe décide de continuer à payer la nouvelle somme selon leur méthode. Les quatre premiers continueront à boire gratuitement. Mais comment les six qui payent, vont-ils diviser les 20 euros de remise de façon «équitable» ? Un rapide calcul : 20 euros divisés par 6 font 3,33 euros. S’ils soustraient cette somme de leur partage, alors le 5e et le 6e devraient être payés pour boire leur bière. Problème.

Le tenancier de la brasserie suggère alors qu’il serait plus équitable de réduire l’addition de chacun d’un pourcentage du même ordre. Il fait donc les calculs, et propose : le 5e homme, comme les quatre premiers, ne paye plus rien. Le 6e, 2 euros au lieu de 3 (moins 33%), le 7e, 5 euros au lieu de 7 (moins 28%), le 8e, 9 euros au lieu de 12 (moins 25%), le 9e, 14 euros au lieu de 18 (moins 22%), et le 10e, 50 euros au lieu de 59 euros (moins 16%).

Chacun des six «payants» paiera moins qu’avant, les quatre premiers continuant à boire gratuitement et rejoints par le 5e. Mais, une fois hors du bar, chacun compare son économie : «J’ai seulement eu 1 euro sur les 20 euros de remise», dit le 6e et en désignant le 10e, «lui, a eu 9 euros». «Ouais !» dit le 5e, «j’ai seulement économisé 1 euro». «C’est vrai !» s’exclame le 7e, «pourquoi aurait-il 9 euros et moi que 2 ? Le plus riche a eu la plus grosse réduction». «Attendez une minute», crie le premier homme, «nous quatre n’avons rien eu du tout. Le système exploite les pauvres».

Les 9 hommes cernent le 10e et l’insultent. Le jour suivant, le 10e homme (le plus «riche») ne vint pas. Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais, quand vint la note, ils n’eurent pas assez pour payer, pas même la moitié de l’addition…

Et cela, chers lecteurs, est le strict reflet de notre système d’imposition. Les gens qui payent le plus de taxes tirent en effet le plus de bénéfices d’une réduction de taxe. Taxez-les plus encore, accusez-les d’être riches, et ils pourraient bien aller boire à l’étranger…

Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire. Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible… Quant à ceux qui ne veulent pas comprendre…

 

Patrick Aubin



UN COMMENTAIRE SUR La chasse aux riches nous appauvrit

  1. Pierre Michon dit :

    Cela fait du bien de lire cette fable, connue depuis longtemps et que Reagan avait d’ailleurs dans ses chroniques, repris sous lune autre forme et le titre de “la petite poule rousse”.
    Aimer les riches, c’est bien une des clés du redressement de la France. Je savais que j’en avais parlé sur mon blog et il m’a fallut remonter jusqu’en avril 2006 pour retrouver le texte (bientôt 8 ans!). http://liberalisateur.blogspot.fr/2006/02/une-bonne-discrimination-positive-rich.html
    Et hier ayant finalisé mon pensum pour Libres 2, je l’ai aussi mis sur mon blog. On tourne en rond sur le rôle de l’Etat et son dévoiement par les socialistes.
    Bien cordialement
    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.