Et si… L’Etat était LE problème ?

Pourquoi la Société va-t-elle si mal ? Chacun y va de son explication de telle crise ou tel événement social. Chacun a sa solution plus ou moins arbitraire ou radicale. Notre condition d’être humain dans la Société limite analyses et explications. Essayons d’y voir plus clair.

Tout être humain est à la fois une personne physique et morale. La personne physique (homme) est soumise à l’état de nature alors que la personne morale (citoyen) participe à l’état social où les humains sont en relation. L’état de nature tient à l’existence de lois universelles, telle la gravité. L’état social résulte de règles de vie fondamentales dont découlent les droits naturels et imprescriptibles de l’homme et du citoyen.

Remarquons que le Droit Naturel est intrinsèque à l’existence même de l’homme et qu’il s’applique uniformément en tous lieux et en tout temps. Il est immuable. A contrario, les règles de vie liées aux relations sociales, dites « droit positif », sont le fruit opportuniste des évolutions de la morale et des modes qui règnent dans la Société.

Les besoins de la personne morale doivent respecter la personne physique. Si notre personne morale ne respecte pas notre personne physique, la personne humaine que nous sommes aura vite fait de disparaître. Par extrapolation, le droit positif se doit de toujours respecter le Droit Naturel si nous ne voulons pas que la Société se dégrade. Logiquement l’état de nature s’impose toujours à l’état social. Ne pas le comprendre, comme dans la Société actuelle, c’est s’exposer à en subir les conséquences.

Car contrairement à ce qu’il aimerait, aucun gouvernant, y compris un dictateur, ne peut avoir d’influence sur les lois naturelles. Et parmi celles-ci, on compte l’économie. J’imagine déjà certains lecteurs réagir : « Non, non, l’économie n’a rien d’une science, elle ne connaît pas de « lois », au contraire de la physique. » A ces récalcitrants, je demande de me trouver un produit absolument gratuit ou de me prêter du capital sans avoir d’abord épargné.

Ces exemples sont simples, mais caractéristiques. L’économie est un phénomène du fonctionnement social et tant que les hommes vivront ensemble et chercheront leur bonheur en divisant le travail, les lois de l’économie s’exprimeront et s’imposeront. Rien ne changera cette réalité même si le nombre d’auteurs qui le conteste est grand : aucun politicien n’accepte que son pouvoir soit vain.

Ainsi, tous les humains doivent respecter les lois de l’économie. Dans le cas contraire, invariablement, celle-ci reprend ses droits d’une manière ou d’une autre. N’allons donc chercher aucun bouc-émissaire ou faux prétexte aux dysfonctionnements de la Société et à ses crises. Constatons que l’état actuel et ses lois arrivent même à se mêler de l’amour et des sentiments. Et comme tout est devenu d’ordre clientéliste dans la société, tous appellent de leurs vœux à l’utopique régulation par le droit positif. Sans bien sûr jamais l’obtenir, faute de respect du Droit Naturel.

Le libéralisme demande donc que l’état respecte pleinement l’état de nature. Est-ce parce que les ingénieurs aéronautiques respectent les lois naturelles que les avions se comportent comme des sauvages ? Non, et c’est bien le respect des lois naturelles qui fait que les avions sont de plus en plus sûrs. Soyons certains que le jour où l’Etat n’aura enfin d’autre objet que le strict respect du Droit Naturel, les crises s’évanouiront. Plus chaque homme respectera le Droit Naturel, plus la Société sera libérée des crises.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.