Fanny Bergez-Bordenave

Présidente du réseau d’entreprises toulousain « Pink City », Fanny Bergez-Bordenave est une femme dynamique qui n’a pas pour habitude de regarder derrière elle, mais plutôt autour d’elle. Evoluant dans un monde en mouvement constant, elle va vite, très vite mais sait aussi ralentir pour observer sa « ville rose » et en commenter l’actualité.

 

 

AZF ; entre détermination et lassitude

« J’étais à Colomiers quand AZF a explosé. J’ai donc vécu cet événement comme tous les Toulousains, mais je suis convaincue qu’il est nécessaire de passer à autre chose. Cela ne signifie pas qu’il faille oublier ce qu’il s’est passé, mais simplement prendre conscience qu’il s’agit du passé. Toulouse doit aujourd’hui tourner la page ! Maintenant, il faut avancer, il existe tellement d’autres problèmes à régler dans cette ville.

Nous sommes en période de crise et les temps sont durs pour tout le monde, je pense donc que les Toulousains souhaitent que nos dirigeants s’occupent de leur avenir plutôt que de ressasser le passé. Quant au fonds de l’affaire, j’ai tout entendu, des thèses de l’attentat à l’erreur humaine et bien d’autres explications bien farfelues pour certaines. Mais, je me garderai bien d’émettre une hypothèse et je crois même que l’on ne saura jamais le fin mot de l’histoire. Personnellement, je préfère laisser faire la justice qu’il s’agisse du pourquoi du comment ou de l’indemnisation des victimes. »

 

Retrouvez l’article ici 

 

 

 

 

Projet de loi Duflot

« En premier lieu, il me semble totalement aberrant qu’en 2013, en France, pays civilisé, trouver un toit soit un problème. Le projet de loi Duflot qui vise entre autres à encadrer les loyers est ainsi une bonne initiative car, aux vues des salaires moyens à 1 200 euros, un logement loué 600 euros laisse peu de marge de manœuvre pour vivre décemment. Les loyers exorbitants poussent à vivre à crédit et ce n’est pas normal. D’un autre côté, un propriétaire a également besoin de garantie car, généralement, il a contracté un prêt immobilier et doit parvenir à couvrir ses mensualités avec les loyers perçus, sinon où est l’intérêt ? Il ne faut en aucun cas stigmatiser les propriétaires et penser que tous sont des nantis ! Ainsi, il s’agit d’un cercle vicieux qui ne pourrait être rompu qu’en transformant tout le système.»

 

Retrouvez l’article ici

 

Prix des parkings

« La majorité des parkings toulousains sont gérés par Vinci qui peut pratiquer les prix qu’il souhaite, et qui sont exorbitants. Et je serais curieuse de savoir où passe l’argent récolté car cette gestion me fait penser à celle des autoroutes. Il faudrait que la mairie renégocie des prix acceptables avec la société car c’est un réel problème pour les résidents du centre-ville mais aussi son économie. Pour les premiers, il leur est nécessaire d’appartenir à une classe aisée pour pouvoir s’offrir un garage et cela contribuera à un changement de la population du centre-ville. Mais il est également difficile de se rendre en ville, pour manger au restaurant par exemple, en sachant que garer sa voiture peut coûter l’équivalent de la moitié du repas. La solution serait peut-être de développer le métro et le tram, le jour… comme la nuit. »

 Retrouvez l’article ici

 

 

Toulouse, ville étudiante détrônée par Grenoble

« A mon avis, le coût de la vie y est pour beaucoup ! Un étudiant qui n’a pas encore de grandes ressources pour vivre optera plus facilement pour Grenoble où les prix sont moins élevés, que Toulouse. Et pour y vivre, j’ai constaté que le coût de la vie à Toulouse a beaucoup augmenté en quelques années. Mais à bien y réfléchir, si Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon ou tout autre grande ville avaient détrôné Toulouse, j’aurais compris, mais Grenoble… C’est quand même inquiétant. Il semblerait que notre ville ait besoin d’une sérieuse remise en question. Toulouse s’assoit aujourd’hui sur ses acquis et regarde les autres métropoles évoluer. La ville rose est vieillissante, presque « has been » et court pour rattraper le temps perdu. Pourtant elle doit s’adapter aux jeunes car l’avenir est entre leurs mains. »

 Retrouvez l’article ici

Propos recueillis par Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.