NISSAN PIXO; L’incroyable citadine

En cette période difficile, où seuls les véhicules petits et pas chers résistent bien, Nissan propose Pixo. Cette entrée de gamme correspond parfaitement aux critères de la demande actuelle.

 
Avec 15 cm de moins qu’une Micra, ses 3.56 m font d’elle une parfaite citadine, mais aussi une vraie voiture et non une micro car. Pour preuve ces quelques chiffres, 1.47 mètre de haut, 1.60 m de large, un empattement de 2.36 mètres qui lui autorise d’embarquer à son bord 4 adultes et cerise sur le gâteau avec 4 portes, oui, vous avez bien entendu et vu. Cela contrairement à une des références du segment, sa cousine par alliance la Twingo. Avec un aussi joli nom d’où vient-elle ? De loin, de très loin, d’Inde, plus exactement de Delhi, car si Pixo se voulait abordable, à faible coût, la seule solution pour Nissan résidait de s’associer avec un autre constructeur.

 


Pas n’importe lequel, de surcroît japonais comme lui. Ainsi Suzuki Motor Corporation devient le partenaire idéal de Nissan, économie de marché oblige. Esthétiquement Pixo possède bien l’ADN de sa marque, pour preuve sa calandre à six fentes et deux niveaux comprenant en son centre une partie en U sur laquelle est fixé le logo de ses origines. Idem pour son regard, qui retrouve des projecteurs au dessin audacieux, dans la plus pure tradition maison, puisque le haut des phares porte une excroissance comme ses aînées Micra et Note.

 


Ce repère à demi virtuel offre une facilité visuelle lors des manœuvres. De profil, son faux air de coupé accentue son dynamisme par une ligne de style reliant le bas du passage des roues bodybuildée suivant la tendance actuelle. Les vitres arrière s’entrebâillent sur quelques centimètres, au moyen d’une boucle de verrouillage. Bien pratique et surtout sécuritaire, quand on porte des enfants en bas âge. Mais aussi et surtout moins cher à produire. A l’arrière le discret bouclier protège toute la largeur de Pixo. En vue de gagner quelques litres dans le coffre, le hayon prend une position quasi verticale. Les feux rubis cristal se referment en guillemets à la limite du hayon. A l’intérieur, la planche de bord bicolore apporte une touche de fraîcheur.

 


Le volant particulièrement agréable au toucher devance un unique compteur rond bien lisible sous sa profonde casquette. La console centrale comporte dans sa partie basse, range canette et un petit compartiment de rangement illuminé positionné entre le réglage des commandes de chauffage et l’autoradio. Simplicité et économie se donnent rendez-vous : la preuve avec cette boîte à gants façon boîte aux lettres sans porte ou plus surprenant sur la porte conducteur, un unique contacteur vous permet d’ouvrir votre glace, pour ouvrir celle côté passager, la solution réside à tendre la main. Les sièges au dessin exclusif Pixo dispensent un honnête confort. Le coffre modulable offre un volume variant de 129 à 367 litres suivant la position du dossier de la banquette. La finition reste des plus correctes tout comme les ajustements. Au volant, Pixo se conduit avec aisance et facilité. Sa direction réglable en hauteur, démontre son efficacité et sa maniabilité en virage serré comme sa tenue de cap sur quatre voies. Son domaine de prédilection, la ville, avec un diamètre de braquage entre trottoirs de seulement 4.50 m. De plus quelques sorties hors des villes ne l’effraient pas, bien au contraire.

 


nique motorisation disponible, le trois cylindres de 1.0 litre, plus exactement de 996 cm3 développe 68 chevaux avec un couple de 90 Nm. Il s’avère vaillant et volontaire à condition de le laisser respirer sur le bon rapport. Son principal atout : faire rimer économie avec écologie, car il ne consomme que 4.4 litres au 100 en cycle mixte et ses émissions de CO² se positionnent à 103 gr/km. Dommage que pour 3 petits grammes, Pixo passe à côté d’un maxi bonus. Cette Pixo arrive au bon moment, dans la gamme Nissan. A l’heure où l’achat d’une voiture devient plus raisonné et plus intelligent, la nouvelle citadine de Nissan a tout pour séduire. Un tarif hyper serré, 3 ans de garantie ou 100 000 km et un look sympa. Difficile de résister à de tels arguments.

 

GAMME Nissan Pixo à partir
de 6290 €, toutes primes déduites



UN COMMENTAIRE SUR NISSAN PIXO; L’incroyable citadine

  1. BOUSCAILLOUX dit :

    JE TROUVE DOMAGE, QU’IL N’Y AIS PAS DE REMONTE VITRE ÉLECTRIQUE ET DE PLAGE ARRIERE QUI JE PENSE S’APELLE PROTEGE COFFRE MAIS QUE L.ON NE TROUVE NUL PAR QUANT ON VEUT. EN ACHETER UN SUR LLA PIXO DE BASE MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.