Nissan DeltaWing : La discipline du futur…

NISSAN DELTAWIND 3.4

Nissan ambitionne de changer à jamais la physionomie des courses d’endurance en devenant partenaire fondateur du projet de sport automobile le plus radical de son temps : la Nissan DeltaWing. C’est un moteur Nissan très sophistiqué, d’un rendement particulièrement élevé, qui équipera cette voiture. Pour la première fois, elle exprimera toute sa puissance lors de la légendaire course des 24 Heures du Mans, les 16 et 17 juin prochains. L’entreprise souhaite ainsi présenter cette technologie de pointe. Ceci afin de montrer l’orientation potentielle de Nissan dans l’avenir du sport automobile. Celle-ci servira de base de recherche et développement pour de futures technologies, dont bénéficieront les modèles de série de Nissan.

Animé par un moteur 4 cylindres 1,6 L préparé pour la compétition, il reçoit une injection directe et un turbocompresseur. Il deviendra le cœur de cette DeltaWing. Car elle fait la moitié du poids d’une voiture de course classique et offre un coefficient de traînée aérodynamique lui aussi réduit de moitié. Le moteur, badgé DIG-T (Direct Injection Gasoline – Turbocharged, Injection Directe d’Essence – Suralimenté), devrait délivrer environ 300 ch. Une puissance suffisante pour procurer à la Nissan DeltaWing des chronos qui s’inscriront entre ceux de la catégorie LMP1 et ceux de la catégorie LMP2 au Mans. Cela malgré une puissance inférieure de moitié à celle des prototypes conventionnels. Le moteur fait appel aux technologies que l’on retrouve sur les modèles Nissan de série comme le Nissan JUKE DIG-T. Le véhicule ne ressemble à aucune autre voiture de course croisée sur les circuits aujourd’hui. Le pilote est assis très en aval dans la voiture, quasiment au-dessus de l’essieu arrière, dominant un fuselage effilé et des roues avant jumelées étroites spécifiquement conçues pour la voiture par le partenaire Michelin.

Avec un moteur en position arrière, le poids de la voiture est fortement reporté sur l’arrière, ce qui la rend particulièrement maniable, alors que la fluidité et la légèreté de la caisse garantissent une efficacité globale très supérieure. Sa conception novatrice et ses technologies d’avant-garde ont incité l’Automobile Club de l’Ouest (ACO), organisateur des célèbres 24 Heures du Mans, à inviter la voiture à s’engager dans le «Garage 56», emplacement sur la pitlane réservée aux véhicules expérimentaux. N’étant pas conforme aux règlements actuels en championnat, la DeltaWing participera hors compétition et portera le numéro «0». Nissan a mis à profit son savoir-faire dans le développement du moteur, afin de lui assurer une légèreté et un rendement suffisants pour prouver que la philosophie qui soutient le concept peut fonctionner dans le «monde réel» du sport automobile. L’entreprise, jamais en reste quand il s’agit de souscrire à de nouvelles idées aussi radicales et à des innovations aussi surprenantes en termes de performances. De plus elle a promis d’appliquer les principaux enseignements tirés de cette expérience pour alimenter les stratégies de son label Pure Drive. Cette sportive maintenant identifiée, on la doit à Dan Gurney. Cette légende américaine de la course a construit la DeltaWing. Il compte à son actif le développement de 157 voitures de course, qui ont récolté des victoires majeures en F1, mais aussi en championnat de sport automobile ou en Indianapolis 500. A partir d’aujourd’hui le rêve devient réalité.
Jean Paul Réoul



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.