Monoxyde de carbone, déjà un mort et 164 personnes exposées

Les températures baissent et, dans les maisons, les chauffages et autres appareils de l’hiver sont rallumés. Selon, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises et la Direction générale de la santé, l’Institut National de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), un des grands dangers de cette période de l’année est le risque d’intoxications au monoxyde de carbone. Ce gaz invisible, inodore, et non irritant qui résulte d’une combustion incomplète du bois, de butane, de charbon, d’essence, de fuel, de gaz naturel, de pétrole ou de propane a été à l’origine des 3277 cas d’intoxications accidentelles domestiques recensés en 2012 au niveau national, et dont plus des trois quarts des victimes ont dû être conduites aux urgences. Selon les données issues du premier bulletin de surveillance de l’InVS, entre le 1er septembre et le 1er octobre 2013, 56 signalements d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) ont déjà été déclarés au système de surveillance exposant 164 personnes à des émanations de CO. Une personne est décédée à son domicile suite à l’exposition au CO produit par un chauffage mobile d’appoint. Une intoxication sur quatre serait due à un appareil non raccordé, le plus souvent utilisé de manière inappropriée. Les symptômes sont des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, de la fatigue. En cas de suspicion, il est conseillé d’évacuer et d’appeler les secours (112, 15 ou 18).

Plus d’infos : prevention-maison.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.