Mitsubishi ASX : Le plaisir de la boîte auto

On ne présente plus le Mitsubishi ASX. En effet ce crossover compact de 4.30 m à moteur transversal a débuté sa carrière lors du salon de Genève en 2010. Avec près de 350 000 exemplaires vendus de par le monde, il est le modèle phare de la marque aux trois diamants. D’autant que presque la moitié de ses ventes se font en Europe. Aujourd’hui le voici légèrement relifté depuis le salon de New-York au printemps 2012. Mais plus encore que sa gueule de baroudeur à la calandre en trapèze qui scelle sa signature visuelle, le voici donc en version boîte automatique que tout le monde attendait sur le vieux continent. Côté look, rien de bien majeur si ce n’est un peu de douceur sur sa face avant et à l’arrière un nouveau dessin du bouclier. Donc, découvrons cette boîte auto. Déjà elle a le mérite d’exister, contrairement à ce qui se passe chez les faux jumeaux aux chevrons et au lion, (le C4 Aircross de Citroën ou le 4008 de Peugeot ne la proposent pas à leur catalogue).

C’est une boîte auto à six vitesses avec deux modes, Automatique et Sport. Le premier enchaîne tout seul les six vitesses, alors que l’utilisation type Sport se sert des palettes au volant. A cette boîte s’ajoute un moteur, le 2.2 litres DiD de 150 chevaux au couple de 360 Nm. Sa consommation s’établit à 5.8 l aux 100 km. Et 153 grammes de CO2 par km, autre argument de poids si l’on peut dire, il pèse seulement 10 kg de plus que la version précédente du 1.8 l DiD. Cet excellent compromis moteur/boîte grâce à sa douceur et son plaisir d’exécution vous fera pencher pour ce choix. Dommage que ce mariage heureux ne soit possible que sur la version haut-de-gamme à la finition Instyle. Car avec un supplément de 1700 €, le tarif du Mitsubishi ASX 2.2 DiD trouve un rang de choix, face à une redoutable concurrence.

Gamme Mitsubishi ASX à partir de 19 900 €



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.