Michel Cymes à Toulouse « Les addictions parlons-en »

Ce jeudi 14 novembre à 20h, Michel Cymes anime, salle Jean Mermoz, une soirée
débat gratuite et ouverte à tous sur le thème « Ces addictions, parlons-en ». Le médecin, présentateur du Magazine de la Santé sur France 5, a fondé en 2012 le Club Santé Débat qui organise cet événement en partenariat avec La Mutuelle Générale et la Ville de Toulouse. Interview d’un militant d’actions publiques de santé.

Michel Cymes, vous êtes à Toulouse jeudi 14 novembre avec le Club Santé
Débat. Pouvez-vous nous parler de ce club ?

Nous avons créé ce club avec mon frère Franck en 2012. Nous nous adressons
à ceux qui n’ont pas accès aux soins, qui ne prennent pas le temps de s’occuper de leur santé, qui n’osent pas poser de questions sur un problème de dos, de sommeil,
d’obésité, de stress au travail, d’addictions, ou sur la perte de mémoire… A ceux qui ne peuvent pas regarder le Magazine de la santé tous les jours, aux hypocondriaques qui pensent que parler santé va les rendre malades !

Quelles actions menez-vous avec le club ?

Le Club Santé Débat organise depuis deux ans « un tour de France de la prévention santé » grâce à un cycle de conférences grand public entièrement gratuites. Nous
choisissons les thèmes en accord avec les municipalités qui nous accueillent, les sujets s’inscrivant dans la politique Santé de la ville. Depuis le début de ce  tour de France, en juin 2012, nous avons réuni plus de 20 000 personnes. Toulouse est la
16e étape. Pour réaliser ce projet, nous avons comme partenaire principal la
Mutuelle Générale qui nous soutient depuis le début et que je tiens à remercier chaleureusement.

Comment une soirée avec le Club Santé Débat se déroule-t-elle ?

En deux temps. D’abord, deux ou trois spécialistes de la région dressent un état des lieux du sujet de la soirée. Cela dure environ une heure. La seconde partie est en interaction avec le public. Celui-ci a la possibilité de poser des questions aux spécialistes. Je les reformule pour qu’elles soient plus généralistes et que les réponses intéressent l’ensemble du public.

En parlant d’interactivité, la soirée peut se suivre également en direct sur
internet sur le site
www.leclubsantedebat.com et les internautes peuvent aussi vous poser des questions via ce dispositif ?

Oui. Nous avons mis en place cela très vite car en 2012, dans certaines
villes, nous n’avons pas pu faire rentrer tout le monde comme à Epinal ou plus de 1000 personnes sont restées dehors. C’était frustrant de refuser des gens dont certains avaient fait plus de 50 km. Nous retransmettons donc la conférence en direct sur notre site internet et celui de notre partenaire la Mutuelle Générale. Je
prends aussi les questions envoyées sur internet au cours de la soirée, alors n’hésitez pas !

Avez-vous des projets pour le Club Santé ?

Le Club Santé Débat va se décliner dès l’an prochain pour les enfants. Le
Club Santé Junior va bientôt voir le jour et sera incarné par Jamy, le célèbre présentateur de « C’est pas sorcier ». Autre déclinaison : le Club
Santé Entreprise, pour les entreprises qui sont désireuses d’aborder des sujets santé qui touchent le monde des affaires comme le stress au travail ou le burn out.

En quelques mots, qu’avez-vous à dire aux Toulousains?
Venez à la conférence, c’est gratuit, vous allez apprendre plein de
choses. C’est un véritable show médical, vous allez passer une bonne soirée, on va positiver et promis, on va également s’amuser.

Les intervenants de la soirée
Aux côtés de Michel Cymes pour cette soirée dédiée au thème de
l’addiction, trois spécialistes : Le docteur Jacques Barsony, médecin
généraliste, président de « Passage Réseau Addiction 31 », le docteur Rose
Marie Rouquet, tabacologue au CHU de Toulouse et à l’Hôpital Larrey, le
professeur Laurent Schmitt, psychiatre, coordinateur du pôle psychiatrie
des hôpitaux de Toulouse.

Pendant la journée, Michel Cymes rencontrera des étudiants en médecine à 16h30 mais aussi le public à la fin de la soirée.

Plus d’infos, poser des questions à Michel Cymes et suivre la soirée sur
internet: leclubsantedebat.com ou lamutuellegenerale.fr

 

Addictions en France et en Midi-Pyrénées

Alcool : Les jeunes de Midi-Pyrénées talonnent les Bretons

En 2005, l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES) avait déjà réalisé un Atlas régional des consommations d’alcool. En 2010, l’Institut décide d’en réaliser un autre en intégrant, en plus des données sur l’alcool, de nouvelles thématiques comme le tabac et les drogues. Où boit-on le moins ? Où fume-t-on le moins ? Panorama des pratiques addictives.

Les Midi-Pyrénéens, de 15 à 30 ans, sont les seconds au classement national à avoir eu au moins une ivresse dans l’année, juste après les Bretons ! C’est une information que nous livrent les analyses régionales du Baromètre santé Inpes 2010 (publiées récemment, ndlr) dans l’étude «Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France ». En France, de manière générale, la consommation régulière d’alcool diminue. En 2005, 15% des Français buvaient de l’alcool chaque jour contre 11% en 2010. En revanche, l’ivresse, elle, progresse dans la plupart des régions. En cinq ans, la hausse des ivresses (au moins une fois au cours de l’année) s’élève à 4% (en 2010, 19%). Une ivresse et une augmentation que l’on retrouve chez les jeunes : 38% des jeunes en 2010 ont été ivres au moins une fois dans l’année contre 29% en 2005. Dans cette catégorie d’âge, en Midi-Pyrénées ce sont 50% qui avouent au moins une ivresse dans l’année en 2010.

 

Tabac et chicha

Selon l’INPES, en 2010, près de trois Français sur dix (29%) sont des fumeurs quotidiens. En cinq ans, l’augmentation nationale est de deux points. Il semblerait que les jeunes fument plus que le reste de la population. Midi-Pyrénées ne se distingue pas particulièrement sur la consommation de tabac et de chicha (mélange de tabac, de mélasse et d’arômes de fruits), affichant des chiffres avoisinant la moyenne nationale, avec une part de jeunes fumeurs (15-30 ans) inférieure à la moyenne nationale (41% de fumeurs chez les 15-30 ans en Midi-Pyrénées contre 44% sur France entière).

Cannabis et poppers

Le cannabis reste la drogue illicite la plus consommée, et cette consommation reste stable. En Midi-Pyrénées, 34.9% de la population ont expérimenté le cannabis contre 29.9% en 2005. L’enquête révèle une légère augmentation des consommations de cocaïne et de poppers (substance euphorisante). Trois grandes régions du Sud, Languedoc-Roussillon, PACA et Midi-Pyrénées, ont enregistré des augmentations significatives en matière d’expérimentation de poppers. Un phénomène qui se retrouve aussi, pour notre région, sur l’expérimentation de la cocaïne (5%).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.