L’ORAMIP surveille notre air

Vous avez peut être aperçu cette petite cabine en ville, au bord d’un grand axe. C’est une station de mesure de la qualité de l’air de l’Observatoire Régional de l’Air en Midi-Pyrénées (ORAMIP). Depuis 2011, la région est équipée de 31 stations fixes, deux stations mobiles et une cabine transportable. Onze stations sont situées dans Toulouse : Boulevard Eisenhower, chemin du Chapitre, Jacquier (rue du Poitou), périphérique (Rangueil), Berthelot, Faure, Mazades, rues de Metz, du boulodrome, Ferry et Pargaminières. L’implantation des stations est soumise à certains critères, elle doit répondre à un besoin d’information sur les risques de pollution de l’air, pollution urbaine, industrielle, de trafic routier… 24h sur 24 tous les jours, les stations prélèvent l’air ambiant pour analyse. Les données collectées par les capteurs, réactualisées toutes les trois heures, sont centralisées et analysées par des ingénieurs et techniciens au siège de l’ORAMIP de Colomiers. Plusieurs polluants sont très surveillés, car nous n’avons pas vraiment le choix de l’air que nous respirons ! Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la pollution de fond serait la cause de 42 000 décès prématurés en France. L’ORAMIP propose via son site internet des indices et des prévisions à deux jours sur les mesures d’ozone et de dioxyde d’azote, des alertes en cas de dépassement du seuil de pollution. Pour les personnes souffrant d’allergies, un indice pollen est également disponible, données communiquées par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA).

Plus d’info : www.oramip.org

Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.