L’INRA mise sur le tournesol

Le 21 février, l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) inaugurait sur son site d’Auzeville son nouveau Pôle de recherche Agrogénomique du tournesol.

Financé à hauteur de 3.6 M€ (INRA, Ministère de la Recherche, Région Midi-Pyrénées, Sicoval), ce Pôle incarne une logique de recherche pluridisciplinaire et de partenariat public-privé. En mobilisant les compétences locales en agronomie, phytopathologie, écophysiologie, génétique et génomique, l’objectif est d’identifier des gènes d’intérêt pour améliorer les caractéristiques agronomiques des cultures et de développer la résistance du tournesol face aux maladies telles que le mildiou. Situé sur l’Agrobiopole, le nouveau centre (920 m2 de laboratoires) accueille plus de vingt chercheurs qui travailleront en lien étroit avec les plateformes (séquençage, génotypage…) toulousaines et les acteurs industriels de la filière. Car si ce Pôle de recherche vise un rayonnement international, il s’ancre en Midi-Pyrénées, première région productrice de tournesol en France (200000 hectares cultivés), où l’INRA compte plus de 850 chercheurs et techniciens et où sont implantés les principaux semenciers. Au final, à l’image du projet Sunrise, financé dans le cadre des Investissements d’Avenir et qui vise à optimiser la production d’huile issue de la culture d’hybrides de tournesol en condition de disponibilité réduite en eau, l’ambition est triple : relever le défi de la satisfaction des besoins alimentaires mondiaux, de la durabilité des productions agricoles et de la compétitivité de l’industrie française.

Alexandra Foissac

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.