Les rencontres nationales professionnelles de l’Agriculture Biologique à Toulouse

Avec ses 120 000 ha cultivés et certifiés bio et 2 400 exploitations, Midi-Pyrénées serait la première région « bio » de l’hexagone. Dans le cadre du Printemps Bio, organisé par l’Agence Bio, se déroulant du 1er au 15 juin, Toulouse a accueilli le 11 juin les rencontres nationales professionnelles de l’Agriculture Biologique.

Le 31 mai dernier, le ministre de l’Agriculture et de la Forêt, Stéphane Le Foll présentait les grandes orientations du programme baptisé « Ambition Bio 2017 ». L’objectif de ce plan est, d’ici fin 2017, de doubler les surfaces d’exploitation bio et d’augmenter fortement la consommation française de produits issus de l’agriculture biologique. Lors de son lancement le ministre a précisé : « Notre ambition est de mettre en place un processus global de développement de l’agriculture biologique. C’est donc d’augmenter la production, et aussi permettre aux produits d’être transformés, ensuite commercialisés et enfin d’être achetés. C’est tout l’enjeu du programme « Ambition Bio 2017 » qui ne se limite pas à un objectif de développement des surfaces en bio». Le rôle des Régions dans ce processus semble prépondérant. Ce plan se décline en six axes : développement de la production (par des dispositifs incitatifs à la conversion et au maintien des surfaces en exploitation biologique), structuration des filières, développement de la consommation avec par exemple un objectif 20% de produit bio dans la restauration collective d’Etat (campagne de communication nationale, stratégie à l’export), renforcement de la recherche, formation des acteurs agricoles et de l’agroalimentaire (stages, visites…), adaptation de la règlementation. En Midi-Pyrénées, selon l’étude CERFRANCE présentée par Michel Lagahe, responsable Conseil Cer France Gascogne Adour, « les exploitations biologiques et conventionnelles sont comparables ». Il apparait aussi que les exploitations bios sont un peu plus endettées mais résisteraient mieux à la crise et que les stratégies d’exploitations sont très différentes entre le bio et le conventionnel.

 

Assurer les besoins en alimentation humaine et animale 

C’est dans ce cadre et celui, aussi, du Printemps Bio 2013 organisé du 1er au 15 juin à l’occasion de laquelle les acteurs de l’agriculture biologique se mobilisent pour informer le grand public et valoriser les produits issus de ce type d’agriculture que ces rencontres professionnelles ont été organisées par l’Agence Bio dans les locaux de la Région Midi-Pyrénées. Le thème transversal de la journée : « Quelles actions pour le développement des grandes cultures bio en France et en Allemagne pour satisfaire les besoins en alimentation humaine et animale ? ». Car c’est bien de cela dont il s’agit, assurer une production suffisante en produits issus de la culture biologique pour répondre aux besoins ou pour le moins donner le choix au consommateur. Des rencontres européennes, donc, auxquelles nos voisins allemands ont largement contribué. L’Allemagne est devenue en 2010, le premier producteur de céréales biologiques de l’Union européenne, son expérience en la matière est riche d’enseignements. Autour de trois tables rondes : panorama du secteur en France et en Allemagne, les dynamiques de développement des filières de céréales-oléo-protéagineux bio et les démarches innovantes et les travaux de recherche-expérimentation en cours, les professionnels ont partagé, échangé. Pour conclure cet intense workshop, François Champanhet, sous-directeur de l’organisation économique, des industries agroalimentaires et de l’emploi à la Direction Générale des politiques agricoles, agroalimentaires et des territoires au Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la forêt, met en lumière un mot qui est particulièrement revenu lors de ces rencontres : partenariat. Un mot qui raisonne presuqe comme une condition déterminante pour la réussite du développement de la filière bio, en France et en Europe.

Marie-Agnes Espa
Plus d’infos : printempsbio.com et agencebio.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.