Les raisins de la colère

Dans les colonnes de ce journal, nous essayons régulièrement de vous informer et de vous sensibiliser sur l’ensemble des problèmes environnementaux qui hélas ne se limitent pas aux problèmes de climatologie. C’est notre environnement en général qui est en cause et si, il y a bientôt 10 ans, à quelques-uns nous avions créé l’association SANE (Santé Nutrition Environnement), c’était que nous étions sûrs du lien fort entre ces trois paramètres. Parmi les dangers réels, les pesticides.

 
Définition de Pesticide

Substance chimique de synthèse principalement utilisée par l’agriculture pour détruire les êtres nuisibles pour les cultures : champignons, insectes, bactéries, herbes… Environ 350 produits différents (herbicide, insecticide, fongicide,…) sont connus pour être utilisés dans la Communauté Européenne aujourd’hui. Mal utilisés (en terme de quantités) et en raison de leur faible pouvoir de dégradation, les pesticides peuvent s’accumuler dans la chaîne alimentaire et/ou contaminer les milieux naturels, c’est la bio-accumulation. Les pesticides organiques sont en général classés en trois grands groupes : Organochloré, Organophosphoré et Carbamate et il y a de multiples familles. Pesticide ou produit phytosanitaire ? Le mot “pesticide” est plus large dans le sens où il englobe des molécules d’usage vétérinaire, des molécules pour la protection des bois ou utilisées dans les peintures. Le mot “produit phytosanitaire” est plutôt utilisé pour la protection des plantes. La France occupe la deuxième place mondiale pour le volume de produits phytosanitaires consommés.

 

Enquête sur les raisins de table au sein de l’UE

Une grande enquête a été menée par 5 ONG, dans 5 pays européens (Italie, France, Pays-Bas, Hongrie et Allemagne) dans des magasins appartenant à 16 enseignes différentes. 124 échantillons de raisins issus de l’agriculture intensive ont été analysés, par un laboratoire allemand spécialisé, afin de rechercher d’éventuels résidus de pesticides. Les résultats sont préoccupants :
- 99,2 % des raisins analysés contenaient des résidus de pesticides ! Soit 123 des 124 échantillons testés. Seul un échantillon ne présentait pas de trace de pesticides.
- 0.65 mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en moyenne par échantillon.
- 20 % des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides différents.
- 4,8 % des échantillons dépassaient les nouvelles Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des limites légales qu’on ne doit pas dépasser !
- 3 échantillons contenaient des pesticides interdits dans les pays de production.
- Un échantillon dépassait la dose de référence pour la toxicité aiguë de l’Organisation mondiale de la santé ! Le dépassement de cette dose de référence, même une seule fois, peut endommager la santé humaine, en particulier la santé des enfants.
- Et parmi tous ces pesticides, de nombreuses matières actives présentaient des risques potentiels pour la santé. On a trouvé des pesticides neurotoxiques, suspectés d’être cancérigènes ou encore pouvant perturber le système hormonal.

Et en France ?

- 100 % des 25 échantillons testés étaient contaminés.
- 0,73 mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en moyenne par échantillon.
- 44 % des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides. 51 pesticides différents ont été détectés au total.
- 8,5 pesticides par échantillon en moyenne ! Le record pour l’enquête : 16 pesticides dans un échantillon de raisin acheté !
- 16 % des échantillons dépassaient les nouvelles Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des limites légales qu’on ne doit pas dépasser !
Cerise sur le gâteau, des pesticides interdits d’usage dans toute l’UE ou dans le pays de production ont été retrouvés ! En effet, 2 échantillons de raisins italiens contenaient de l’endosulfan, un pesticide interdit dans toute l’UE. Comme le DDT, l’endosulfan est un polluant organique persistant (POPs) qui provoque des dommages à long terme pour l’environnement. De plus, un autre échantillon de raisin italien contenait l’insecticide bromopropylate qui n’est plus autorisé en Italie depuis fin 2007!

 

MDRGF réagit
(Mouvement pour le Droit et le Respect
des Générations Futures)

«Cette situation est inacceptable. La contamination des raisins par des substances préoccupantes est massive» déclare F. Veillerette, Président du MDRGF. «Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités par rapport aux situations d’illégalité que nous avons mises en lumière. Nous demandons au gouvernement français de soutenir la position de la Commission Environnement du Parlement européen qui appelle à l’exclusion des substances classées CMR ou perturbatrices endocriniennes afin que le consommateur ne les retrouve plus dans ses aliments. Nous appelons également les chaînes de supermarché à tout mettre en œuvre pour baisser les niveaux de résidus de pesticides dans leurs produits en appliquant des standards plus exigeants à leurs fournisseurs que ceux prévus par la loi» ajoute-t-il. L’association dénonce depuis longtemps le laxisme en la matière et la présence de trop de pesticides très toxiques, cancérigènes ou encore perturbateurs de système hormonal dans nos aliments.
 
Avis d’écologiste

Tous ces brillants chercheurs qui modélisent notre futur, nous prévoient que nous vivrons plus longtemps et que donc en terme de modèle économique il faudra travailler plus longtemps pour sauver notre système de retraite par répartition. Et s’ils avaient tort ! La durée de vie qui augmente en ce moment concerne les générations d’après guerre qui ont vécu en partie protégées de tout cet environnement chimique hostile pendant une grande partie de leur vie. Pour les générations suivantes, nourries par les grands groupes de restauration (cantines…) dont le perpétuel défi est le plus bas prix au détriment de la qualité… il est évident que notre avenir santé sera différent. Rappelons que dans le projet européen “Reach”, ce sont plus de 100.000 molécules chimiques dont la nocivité n’a jamais été étudiée qui nous entourent et dont on présume qu’elles sont en partie à l’origine des maladies qui nous frappent. Si l’on ajoute les OGM dont notre région est submergée qui sont un danger de plus, l’avenir ne s’annonce pas brillant. Cancers, Parkinson, Alzheimer, maladie rares de moins en moins rares voilà, hélas, notre futur. Si nos régimes de retraite sont un souci, que dire de la sécurité sociale avec des pathologies de plus en plus lourdes qui frappent de plus en plus jeune et qui va continuer à exploser…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.