L’énergie, enjeu fondamental du XXIème siècle

Alors qu’il faudrait réduire de façon importante notre consommation énergétique, nos besoins progressent en Europe de 3 à 4 % par an. Avec l’essor économique de la Chine, de l’Inde et autres pays dits émergeants, l’énergie est l’enjeu fondamental des décennies à venir. Consciente du besoin, l’Europe qui cherche une alternative énergétique au pétrole, a lancé de grands programmes de recherche en matière d’énergie solaire, de récupération de l’énergie marine, d’éolienne et de géothermie.

 
L’Europe dépendante du pétrole

Alors que la consommation énergétique mondiale va doubler au cours des 50 prochaines années, l’Europe continue à dépendre largement de sources d’énergie extérieures. Actuellement, la consommation de l’UE repose sur le pétrole à 41 %, le gaz (23 %), le charbon (15 %), le nucléaire (15 %) et les énergies renouvelables à hauteur de 6 % seulement. La menace de changement climatique au niveau planétaire et les risques pesant sur la sécurité énergétique, ont contraint l’Europe à changer radicalement de politique en la matière.

Diversifier les sources

L’UE a défini une stratégie visant à faire passer la part des énergies renouvelables de 6 % aujourd’hui à 12 % d’ici à 2010. Ainsi, au titre du 6e programme-cadre de recherche, l’UE consacrera 810 millions d’euros aux sources d’énergie renouvelables. Parmi les projets soutenus, “European Hot Dry Rock” pour l’énergie géothermique, “Wave Dragon” pour l’énergie houlomotrice (les vagues) et “Sol Air” pour l’énergie héliothermique.

Développer le renouvelable

Si nous utiliserons encore longtemps les combustibles fossiles, nous devons développer des sources d’énergie de remplacement afin que la croissance économique de l’Europe soit réellement durable. Les énergies houlomotrice, géothermique et solaire sont prometteuses mais ne représentent encore qu’une part relativement faible du bilan énergétique global. Il convient donc d’intensifier la recherche pour les rendre vraiment rentables en encourageant leur adoption, ainsi que celle d’autres sources d’énergie de remplacement. Le but est de rendre l’UE plus propre et plus compétitive. Voici quelques exemples des énergies alternatives au pétrole.

 

Énergie géothermique

L’énergie géothermique tire parti de la chaleur naturelle de la Terre. Elle est donc disponible à tout moment du jour et de la nuit indépendamment des conditions météorologiques et climatiques. En Europe, elle chauffe environ 95.000 logements. Le projet “European Hot Dry Rock” (auquel participent la France, l’Allemagne, l’Italie et la Suisse) consiste à utiliser de vastes systèmes de failles naturelles et à y injecter de l’eau à haute pression, laquelle est ensuite chauffée et récupérée à la surface du sol à l’aide de plusieurs puits de production. Un échangeur de chaleur transfère l’énergie à un second circuit qui entraîne un turbogénérateur de façon à produire de l’électricité. L’Europe est actuellement le leader mondial pour cette technologie et le site expérimental européen se situe à Soultz-sous-Forêts (en France).

Énergie marine

L’énergie marine tire parti de l’effet des marées ou des vagues pour produire de l’électricité. Les équipes européennes mettant au point des dispositifs pour exploiter les courants de marée, c’est-à-dire récupérer l’énergie des courants marins produits par les marées, sont leaders dans le monde. Aucune autre équipe n’a pour l’instant dépassé le stade des études théoriques. Le projet de recherche de l’UE “Wave Dragon”, est le premier convertisseur d’énergie des vagues en mer jamais réalisé au monde et produit de l’électricité pour le réseau danois. L’équipe réunit des participants originaires d’Autriche, du Danemark, d’Allemagne, d’Irlande, de Suède et du Royaume-Uni. Amarré au large et pesant 237 tonnes, “Wave Dragon” récupère l’énergie produite par les vagues “déferlantes”. L’eau est initialement stockée dans un réservoir, puis circule à travers des turbines qui produisent de l’électricité. La taille de ce prototype est quatre fois inférieure à celle du système complet. Par rapport aux centrales hydroélectriques classiques, cette nouvelle technologie est tout à fait compétitive. Il existe déjà des plans concernant la construction et l’installation d’unités de production ailleurs dans l’UE.

Avis d’écologiste

Le soleil, source de vie a longtemps été vénéré par les peuples du monde entier. Chaleur, lumière et depuis quelques années énergie, le “roi soleil” n’a pas fini de nous éblouir. Chaque jour je me dis : que d‘énergie perdue… La France, nucléaire oblige, est à la traîne sur le solaire et nous devons tout faire pour rattraper notre retard. Il faudra un jour quand même se poser une question : pourquoi un panneau solaire italien ou allemand est-il trois fois moins cher que ceux vendus dans l’hexagone ? Cela signifie que les aides de l’Etat et des collectivités ne viennent pas alléger la facture du consommateur mais augmenter les marges des fabricants et installateurs… A quand la vérité sur les coûts ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.