La face cachée des labels

Nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience que santé et nutrition sont étroitement liés et à vouloir manger des produits de qualité exempts de produits chimiques issus d’une démarche associant éthique environnementale et sociale. Les industriels l’ont compris et ont créé pléthore de logos qui sèment le doute dans l’esprit de consommateurs ayant du mal à faire le tri entre réalité et publicités plus ou moins mensongères. Essayons d’y voir plus clair !

 
Les produits BIO 

 


C’est le label officiel français pour l’agriculture biologique créé en 1985. Il vous garantit la présence de 95 % d’ingrédients provenant de l’agriculture biologique et l’absence d’OGM à 99,1 %. L’usage des produits chimiques de synthèse sont proscrits et l’alimentation en matière d’élevage doit être à 90 % à base de produits BIO. Les traitements des animaux doivent privilégier le recours aux thérapies dites “douces”… Vous trouverez ce label dans les viandes, les fruits et légumes, les laitages, les huiles etc. A noter que certains produits issus d’autres pays de l’Union Européenne, sont labellisés AB avec des contrôles sur sites.

 

Tous les produits issus de l’agriculture biologique européenne doivent apposer ce label sur leur emballage à partir de juillet 2010. Il se présente sous la forme d’une feuille entourée de 12 étoiles. Ce nombre est le même que sur le drapeau européen. Il symbolise la totalité des 27 pays membres de l’Union. Si le label est obligatoire pour la production BIO européenne, il reste facultatif pour les produits de qualité BIO importés d’autres pays et transformés en Europe. Il est à peu de chose près comparable au label AB en un peu moins strict sur les règles régissant l’élevage.

 

Bien plus exigeant que le label BIO européen ou notre “AB” national, Bio Cohérence a été lancé par la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), les magasins BIOCOP et BIOMONDE, le grossiste BIO PrioNatura, les éleveurs BIO de France pour ne citer qu’eux. Avec une alimentation animale 100 % BIO produite majoritairement dans la ferme, 100 % d’ingrédients BIO dans les produits transformés (contre 95 % pour les labels BIO européen et AB), la limitation des antibiotiques, des antiparasitaires… et surtout l’absence totale d’OGM, il pourrait chambouler le marché. Si l’on ajoute que ce label prend en compte les aspects sociaux et les impacts environnementaux, il devrait séduire celles et ceux de plus en plus nombreux qui militent pour une économie durable.

 

Ce label de certification de produits biologiques né outre Rhin dans les années 1930 est géré par l’association DEMETER international depuis 1977. Il est le fer de lance de l’agriculture biodynamique qui tient compte du rythme des saisons et de l’influence de la lune. Basé sur une philosophie d’harmonie entre l’homme et la nature, il impose dans les méthodes mises en œuvre, le respect de la flore de la faune et de la biodiversité. Aussi fiable que le logo AB il est moins répandu. Le cahier des charges, impacte la production mais aussi la transformation des produits.

 

Créé en 1964, peu répandu il est plus contraignant que l’AB. Il se différencie de la bio officielle par des exigences supplémentaires (fermes100 % bio, usage des fertilisants réglementé et limité, traitements vétérinaires allopathiques limités, alimentation des animaux 100 % bio, sans ensilage ni vitamines de synthèse, limitation de la taille des élevages et de la densité d’animaux présents, lien au sol, etc…). Pas d’OGM. Il cadre également des productions non couvertes par la réglementation BIO officielle : vinification, cosmétiques et produits d’entretien, sel marin, fertilisants et supports de culture.

 

Label écologique et biologique de l’association professionnelle Cosmébio, rassemblant notamment les fabricants de cosmétiques. Il s’agit de garantir entre autre que le produit possède au moins 95 % d’ingrédients naturels, en respectant également certains critères de fabrication : procédés non polluants, pas de test sur les animaux, etc.

Produits équitables

 

Label international créé en 1992 pour garantir l’équité des échanges commerciaux entre Nord et Sud. Il est basé sur un concept social et permet d’assurer un revenu minimum aux producteurs. Environ 10 % du prix payé par le consommateur contribue à améliorer leur qualité de vie. Attention, si ce label recommande de limiter l’utilisation des produits chimiques, seulement 30 % des produits sont issus de l’agriculture biologique.  

Autres labels

 

Ce label officiel créé en 1965 est propriété du ministère en charge de l’agriculture. Il distingue des produits alimentaires pour leur qualité (conditions de production, goût des aliments…) par rapport à la norme habituelle (élevage en batterie). Il n’affiche aucun critère environnemental, ne garantit pas l’absence de produits chimiques ni d’OGM. Démarche de valorisation commerciale.

 

Les AOC (appellations d’origine contrôlée) identifient un produit, l’authenticité et la typicité de son origine géographique. Elles sont garantes de ses qualités et de ses caractéristiques, de son terroir d’origine, du savoir-faire du producteur (vins, cidres, fromages, fruits et légumes, produits laitiers, miels, etc.), de l’antériorité et de la notoriété d’un procédé et de son nom qui sont trop anciens pour faire l’objet d’un brevet. La quantité et le contrôle d’étiquetage des produits sous AOC répondent à un cahier des charges validé, en France, par l’INAO (Institut national des appellations d’origine) dépendant du Ministère de l’Agriculture. Pas de contraintes environnementales et ne garantit en rien l’absence d’OGM.

 

L’IGP (Indication Géographique Contrôlée) est destinée à protéger des produits de moindre notoriété. Elle est moins “forte” que l’AOC, ce signe européen d’identification de l’origine a été créé en 1992. Il met d’abord en avant l’origine géographique du lieu du produit. Il y a près de 80 IGP reconnues en France comme, l’ail rose de Lautrec, le bœuf Charolais du Bourbonnais, le cidre normand ou le Haricot tarbais.

 

PEFC (Pan European Forest Certification) – Programme Européen des Forêts Certifiées et FSC (Forest Stewardship Council) garantissent la gestion durable des forêts.  

Avis d’écologiste

Il convient de séparer les logos qui garantissent une qualité des produits avec l’absence ou une faible concentration de produits chimiques et d’OGM de ceux qui ont une consonance plus commerciale avec un lien au terroir et un savoir-faire en matière de transformation.
Il est clair que si votre santé est pour vous un bien précieux alors, les produits étiquetés BIO Cohérence, Nature et progrès, Demeter, AB ou le nouveau label BIO européen doivent retenir votre attention. Les chercheurs de tous les pays sont clairs : pesticides, engrais, désherbants et autres produits phytosanitaires sont à l’origine de l’explosion du nombre d’AVC, de cancers, de malades d’Alzheimer… Attention cela n’arrive pas qu’aux autres !

PS : Vous retrouverez beaucoup d’articles sur les “cosmétiques BIO”, les pesticides, les OGM etc sur les sites : http://www.premiere-reponse.com/JT/ et www. consomaction.eu/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.