KIA Sportage FCEV ; La pile à combustible, ça marche

Quand un constructeur automobile vous propose d’essayer un véhicule électrique à pile à combustible, vous vous dites «Oui, mais bien sûr et la marmotte…» Façon publicité télé et pourtant la réalité est là, à quelques mètres. Pour preuve les photos. Alors contact, c’est parti… comme dans un rêve ? Pas du tout, comme en vrai tout simplement.
Kia : le futur est là

Tout d’abord un peu de technique, voire beaucoup avec l’explication par les ingénieurs de Kia Motors sur l’hydrogène, vous savez, le célèbre H2. L’hydrogène H2 est la plus petite molécule existant dans la nature. Il a été découvert par l’Anglais Henry Cavendish, physicien et chimiste, mais son nom, du grec “hydro” (eau) et “gène” (producteur) car sa combustion avec l’air produit de l’eau, a été donné par le Français Antoine Laurent Lavoisier. L’hydrogène est un gaz incolore, inodore et non corrosif. Celui-ci se trouve très répandu dans la nature. Malheureusement, il est souvent combiné avec les atomes de carbone (C) ou d’oxygène (O), par exemple sous forme de méthane (CH4) ou d’eau (H20). C’est pour cela qu’il est considéré comme un vecteur d’énergie, tout comme l’électricité.

 

 Une autre particularité de l’hydrogène est la très petite taille de sa molécule. D’autre part, à pression atmosphérique et température de 20°C, un volume de 100 litres ne contient que 10 grammes de H2. La molécule d’hydrogène libère 3 fois plus d’énergie que l’essence (120 MJ/kg contre 43 MJ/kg pour l’essence). Sa faible densité lui permet de s’élever très rapidement dans l’air (4 fois plus vite que le gaz naturel), ce qui est un atout pour la sécurité – excepté dans un local confiné, garage, parking souterrain. Autre point sécuritaire : sa température d’inflammabilité est de 560°C contre approximativement 400°C pour l’essence. Les rendements maxi obtenus par les différents projets actuels varient entre 40 et 55 %, déjà bien au-dessus des moteurs à combustion qui avoisinent les 35 %. Cependant, la zone la plus favorable est la faible charge, le rendement de la pile à combustible décroissant ensuite avec une forte demande d’électricité. Une fois la technologie expliquée, il ne manque plus qu’à la transposer sur un véhicule.

 

 Kia a choisi tout naturellement comme base inédite, le Sportage sur une base de, SUV bien connu y compris dans l’hexagone. Celui-ci permet avec ses 4.60m de long et quelques modifications, de garder le look et de caser “L’usine” à hydrogène. Bref tout rentre, tout fonctionne et place à la conduite. Mais auparavant, il faut faire le plein. En premier lieu, il faut obligatoirement mettre le véhicule à la terre. Une simple pince avec un câble de masse, que vous fixez par exemple à la roue fait l’affaire. Sans cela, toutes les opérations de remplissage deviennent automatiquement impossibles. Ensuite, il suffit de prendre le pistolet style GPL et la distribution s’effectue sans odeur. Le Kia Sportage FCEV actuellement en test est équipé d’un réservoir stockant 3,5 kg d’hydrogène à 350 bars.

 

 L’autonomie moyenne du Kia Sportage FCEV est d’environ 265 km. En attendant une version à 700 bars soit presque 600 km. Une fois le plein réalisé, ce Kia Sportage FCEV identique à la version de série, mis à part quelques voyants est apte à prendre la route. Surprise ! Aucune vibration, aucun bruit, du moins à l’arrêt, ne signale que le “Moteur” tourne. Le démarrage se fait rapidement et l’accélération est impressionnante, un peu comme dans une voiture de sport. Pendant ce temps, l’habitacle se remplit d’un sifflement provenant sans doute des moteurs électriques. Décélération sans arrêt complet, remise des gaz, la reprise se fait plus mollement durant 2 à 3 secondes avant que la puissance maxi arrive. Et voilà que mon baptême de l’hydrogène vient de se réaliser. Tout cela sans aucun rejet, uniquement de la vapeur d’eau, impressionnant ! Merci qui ? Merci Kia, unique constructeur à faire essayer la technologie de la pile à combustion à la presse hebdomadaire régionale. Prochainement je vous parlerai de l’hybride à l’essai avec la Kia Rio.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.