Info consommateurs ; Attention au soleil

Les beaux jours, même s’ils tardent à arriver sont là et les rayons de soleil ne vont pas tarder à venir dorer nos épidermes. Au-delà du côté agréable du bronzage saisonnier, il convient de se prémunir contre l’agression des fameux UV dont on sait qu’ils présentent des risques importants pour notre santé ainsi que du type de filtre utilisé naturel ou chimique.

 
Action sur la peau

Toute personne prenant un bain de soleil s’expose au moins à deux sortes de rayons : les ultraviolets type A à ondes longues mais aussi les UV B à onde courte. Pour les premiers, leur action est identique partout sur la planète indépendamment de la température et sont de ce fait assez pernicieux car frappants même sans ensoleillement avéré. Ces UV, pénètrent profondément dans le tissu conjonctif, occasionnant des dommages irréversibles, et peuvent déclencher un cancer de la peau. Pour ce qui est des UVB, ils dépendent de la position du soleil, de la latitude, du fait que l’on se trouve en altitude (montagne) ou au bord de la mer mais aussi de la présence ou non de nuages. Attention, le rayonnement est actif dans l’eau, avec plus de 50 % d’effet à un mètre de profondeur !

Réglementation européenne

La Commission Européenne détermine le niveau de protection anti-UVA recommandé dans les produits solaires. On lit dans la recommandation correspondante : «Les résultats des recherches scientifiques indiquent que certaines lésions biologiques de la peau peuvent être évitées, voire réduites, si l’indice de protection représente au moins 1/3 de l’indice mesuré par la méthode d’essai du facteur de protection solaire.» Une telle protection anti UVA est relativement facile à obtenir par des filtres UV chimiques. Par contre, cela demande un effort assez important de recherche et développement si l’on veut utiliser des moyens naturels, c’est-à-dire minéraux. Comment à partir de là savoir si le produit proposé est efficace ?

Le logo

Les produits de protection solaire du marché portent souvent des mentions UVA-UVB qui peut à première vue satisfaire le client lambda sans pour autant que la protection qu’il recherche soit assurée. En fait le seul logo correspondant aux exigences de l’EU est représenté ci-dessous, les lettres UVA doivent se trouver dans un cercle, le tout en noir et blanc ou couleur.

 

Les filtres

Une fois réglée l’identification du logo actuellement le plus protecteur pour le consommateur, reste à déterminer l’impact sur la peau des produits qui assurent la barrière contre les UV. De façon récurrente, le questionnement reste toujours le même : quel type de produit faut-il choisir ? Deux types de produits se partagent le marché, les produits solaires certifiés naturels ou BIO et ceux conventionnels à protection UV chimique. La différence est simple, les premiers utilisent une protection physique au travers de pigments qui réfléchissent les UV et les dispersent. Les pigments sont de type dioxyde de titane et l’oxyde de zinc. Pas d’effets secondaires et pas d’impact sur l’environnement. Les seconds ne forment pas de barrières physiques mais réagissent avec la peau pouvant provoquer des effets allergènes ou phototoxiques non négligeables. A titre d’exemple, les scientifiques ont observé une forte mortalité des coraux sur les zones très touristiques telles que la presqu’île du Yucatan. Leurs études montrent que 10 microlitres de crème solaire dans un litre d’eau de mer provoque une décoloration totale du corail en moins de 4 jours… Les substances les plus problématiques semblent être les filtres chimiques Ethylhexyl Methoxycinnamate, Benzophenone-3 et -4 et Methylbenzylidene Camphor.

Indice des prix…

La protection contre les UVB assurée par un indice 15 est de 93,3 %, celle d’un indice 20 est de 96 %, celle de l’indice 30 est de 97,4 % et celle de l’indice 40 est de 97,5 %. Au dessus, le gain de protection est de l’ordre du psychologique. Par contre, le coût lui, croît avec les indices de façon très importante sans aucun lien avec le résultat attendu. Bizarrement, et pour contrecarrer l’idée que l’on essaye d’inculquer aux consommateurs, le produit le plus performant n’est pas le plus cher… voir les comparatifs sur le site : www.laveritesurlescosmetiques.com ou d’autres sites traitant du sujet.

Avis d’écologiste consommateur

Le domaine des cosmétiques représente vraiment ce que l’on fait de mieux en matière de manque de transparence pour le consommateur. Pléthore de logos, cahiers des charges spécifiques à chaque industriel, sont autant de freins à un choix libre et éclairé pour chacun d’entre nous. Voilà un domaine dans lequel l’EU doit jouer pleinement un rôle réglementaire pour donner aux consommateurs le droit de choisir des produits sains et à des coûts normaux.



UN COMMENTAIRE SUR Info consommateurs ; Attention au soleil

  1. bain de soleil pas cher dit :

    cest vrai quil faut faire attention quand on prend un bain de soleil, mais faut pas non plus etre parano, le soleil cest bon pour le moral. jen ai pour preuve la luminothérapie! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.