Environnement, poudre aux yeux

Beaucoup de réactions à la suite de notre article de début septembre : Taxe carbone : «La taxe de l’injustice». Vous avez été nombreux à soutenir nos écrits et quelques-uns à les critiquer. Nous avons voulu aller plus à fond dans l’analyse de l’ambition de diminution du CO², sujet majeur du futur sommet de Copenhague
en fin d’année.

 
Sondage

A l’analyse d’un récent sondage réalisé par l’institut CSA, il apparaît que 74 % des Français sont contre la “Taxe Carbone”, toutes catégories sociales confondues, quels que soient les âges avec une légère diminution pour les moins de 30 ans (72 %). Bien sûr, les moins hostiles avec 57 % de contre se situent en Ile-de-France et dans les zones à fort maillage de transports en commun et les plus opposés en zone rurale (86 %). Vous êtes plus de 75 % à ne pas envisager de changer votre véhicule pour un modèle plus “propre” ou à envisager des travaux d’économies d’énergie dans vos logements. Surprise ! Au plan politique, même les “Verts” sont contre à 57 %. En clair, toutes celles et ceux qui doivent utiliser un véhicule pour travailler y compris les “rurbains” qui sont à plus de 20 Km des grandes villes, disent non à une taxe injuste et inefficace.

Effet d’annonce

Avec cette décision de taxation le gouvernement a fait semblant d’honorer son contrat vis-à-vis du Grenelle sur l’Environnement mais en coulisse, la réalité est bien différente. Tout d’abord, tout le monde est d’accord pour dire que la “Taxe carbone” n’aura aucun impact environnemental. Si l’enjeu est de diminuer rapidement les rejets de CO², alors pourquoi se désengager sur 2010 et 2011 de la “prime à la casse” qui encourage le renouvellement du parc automobile ? Pourquoi annoncer qu’en 2010, dans quelques mois, le crédit d’impôt sur la géothermie va passer de 40 % d’aides sur les équipements à 25 % ? Pourquoi tant de difficultés pour obtenir des banques le fameux prêt “taux zéro” pour améliorer les économies d’énergie dans l’habitat en le conditionnant non pas à une action (ex : changer ses fenêtres) mais à deux, il vous faudra isoler en plus vos combles ou installer un chauffe-eau solaire ; ce qui est de nature à freiner les ardeurs. Pourquoi dans le même temps, les Régions se désengagent-elles du soutien aux plans “solaire photovoltaïque” et même solaire sanitaire ? Savez-vous qu’en Midi-Pyrénées, plus de 80 % des permis de cons-truire relatifs au solaire photovoltaïque sont refusés, deux fois plus qu’ailleurs ? Quelle est la raison qui rend une banque comme le Crédit Agricole soudainement frileuse pour aider les agriculteurs à réaliser des fermes solaires ? Il est vrai que le retour à la spéculation boursière est plus juteux que les prêts à 2 ou 3 %…

Comparons ce qui est comparable

Si le transport en France représente 27 % des émissions de GES “Gaz à effet des Serre”, la voiture n’en représente que 11 % et le transport routier le complément. Ce dernier est d’ailleurs en constante augmentation. Alors l’annonce de développement du ferroutage par N. Sarkozy est une bonne nouvelle dans un pays qui ne possède en tout et pour tout que l’axe Perpignan/Gd Duché du Luxembourg comme voie ferroutée. A contrario, la diminution du transport du fret annoncée par la SNCF va augmenter le nombre de camions nécessaires et le bilan une fois encore sera très négatif. A titre de comparaison, l’équivalent en g de CO²/passager est le même entre voiture et avion…. 100 g alors qu’il n’est que de 25 g par le bus et 3 g par le train. Le saviez-vous ? Si on diminuait de 20 Km/h les vitesses autorisées sur route et autoroute, l’économie réalisée en CO² serait inférieure à 50 % du rejet d’une centrale à charbon chinoise ; pays qui en possède plusieurs centaines et qui en 2008 en ouvrait 10 par mois…

Avis d’écologiste

Ces éléments montrent pour ceux qui auraient pu en douter que la voiture est bien la “vache à lait”, pas de lobbies pour défendre l’automobiliste, alors taxe sur la CO², sur le carburant, péages racket (rapport Cour des Comptes), radars, stationnements hyper chers etc. Nous sommes bien loin de l’écologie mais bien dans une économie parallèle limite mafieuse. Les vrais sujets ne sont pas abordés : si le CO² est important, le rejet des NOx (oxydes d’azote) par les diesels est dangereux pour la santé (risques de cancers) et certains véhicules montrés du doigt pour le CO² sont équipés de filtres à particules limitant les NOx. Alors citoyens consommateurs restons lucides et méfions-nous des campagnes médiatiques qui nous préparent à accepter l’inacceptable. Vous savez, le style : le gaz va augmenter de 13 % qui se transforme en : «l’Etat n’a autorisé que 3 % d’augmentation»… Ouf, merci l’Etat !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.