Du nouveau pour vos os !

Sylvaine Jacquart a 25 ans, elle est en thèse de doctorat sous la direction de Christèle Combes, au sein de l’équipe Phosphates, Pharmacotechnie et Biomatériaux (PPB) de l’Institut Carnot CIRIMAT, un Laboratoire de l’Institut National Polytechnique- ENSIACET. Au début du mois d’octobre, la doctorante recevait une bourse l’OREAL France-Unesco pour ses travaux de recherche sur un bio matériau pour le comblement et reconstruction de l’os. Interview.

 

Sylvaine Jacquart, vous êtes doctorante à l’Institut National Polytechnique. Quel est votre domaine de recherche ?

 

Mon domaine d’étude est la chimie des matériaux et des biomatériaux. Dans le cadre de ma thèse, je travaille sur un «ciment de comblement osseux» qui peut s’injecter directement dans le défaut osseux (ndlr : par exemple une fracture). Ce matériau est très intéressant car il a des propriétés chimiques très similaires à l’os.

 

Vos travaux viennent d’être récompensés par une bourse l’OREAL France-Unesco ?

 

Oui, c’est la sixième édition de la bourse l’OREAL France-Unesco pour les femmes et la science. Cette récompense a été créée pour soutenir et encourager les femmes qui travaillent dans les métiers de la recherche en science de la matière et du vivant (ndlr médecine, biologie, biotechnologie…) car il n’y en a pas encore autant que d’hommes.

 

Vous travaillez sur un ciment qui pourra être utilisé dans le traitement des fractures par exemple. Pouvez-vous nous expliquer ?

 

C’est un projet ANR (Agence Nationale de la Santé) monté en collaboration entre six laboratoires de recherche. Nous travaillons à développer le produit, améliorer ses propriétés comme le modelage du ciment. Les os se remodèlent tout au long de la vie, c’est pour cela que parfois si vous avez une fêlure, la médecine n’intervient pas forcement et laisse l’os se reconstruire et se remodeler seul. Notre ciment biomimétique sera injectable directement dans une cavité osseuse à combler, soit suite à un traumatisme (perte accidentelle de substance osseuse), soit suite à une maladie, permettant ainsi d’alléger l’intervention chirurgicale et d’améliorer le confort du patient. Il sera très utile aux patients dans la chirurgie orthopédique, dentaire, vertébrale, maxillo-faciale…

 

 

Les os se remodèlent tout au long de la vie

 

Quand votre matériau sera-t-il utilisé pour les patients ?

 

Nous menons actuellement des recherches complémentaires pour donner au ciment des propriétés antibactériennes, des études pour évaluer les interactions entre les cellules et le matériau. Nous vérifions son acito-toxicité. Il faut minimiser les risques d’infection postopératoire, mais aussi trouver la composition qui donnera au nouveau ciment des propriétés de résorption optimales vis-à-vis de la reconstruction de l’os. Le projet est prévu sur quatre ans et fin 2013, nous procèderons au transfert de technologie pour commercialisation. Celle-ci est prévue pour 2014.

 

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.