Dodge Journey; Le monospace, mi-S.U.V, mi-break

Quand Dodge présente un nouveau modèle, il y a forcement une tendance look décalé qui pointe à l’horizon. Pour preuves : L’Avenger ou le Nitro… Commercialisé depuis mi-juin, la marque de Chrysler en apporte une fois de plus la démonstration avec son dernier né, le Journey.

 
Drôle de nom pour un monospace, mais après tout, n’est-ce pas un véhicule qui trouve son utilisation tout au long des 1 440 minutes que dure celle dont on parle. Avec une longueur de 4.88 m, une largeur de 1.62 m, pour une hauteur de 1.62 m et avant d’être aussi lourd voire plus que les 1 685 kg à vide du Journey, ce monospace existe en 5 ou 7 places. Pour obtenir ces deux places supplémentaires, l’apparition d’une troisième rangée (Escamotable et rabattable 50/50), qui libère un plancher plat, apparaît, mais avec un empattement de 2.89 m, pas de problème. Et l’accès dans tout ça, me direz-vous ?

 


Rien de plus simple, grâce au système Tilt’n Slide qui avance l’assise du siège de la rangée 2 sur 12 cm, tout en faisant basculer son dossier (Voir photo). Sans oublier les astucieuses portes qui s’ouvrent à angle droit. Sachant que le Diesel représente 95 % du marché, Dodge motorise pour l’instant son Journey uniquement avec le 2.0 CRD Turbo Diesel injecteurs pompes d’origine Volkswagen de 140 ch. Ce 4 cylindres au couple de 310 Nm présent entre 1 750 et 2 500 tr/mn se retrouve aussi dans d’autres modèles de la gamme Dodge. Ce Journey est disponible au choix avec une excellente transmission manuelle à 6 rapports ou, tradition de l’Oncle Sam oblige en boîte automatique 6, à double embrayage DCT qui a pour avantage de limiter le surplus de consommation à 0,5 l en cycle mixte et extra-urbain et 0,7 en urbain, mais au prix d’une lenteur excessive, avec une étonnante sensation de patiner, particulièrement  perturbante.

 


Comme toujours avec Dodge, les équipements abondent y compris des exclusifs comme cet original bac, situé sous vos pieds qui peut contenir 12 canettes métal, avec sa glace puisque sa principale qualité en plus d’exister réside dans son étanchéité. Après ses véhicules décalés, Dodge arrive dans un segment plus étonnant, celui des monospaces, et nous prouve ainsi que l’audace, l’accessibilité, la praticité, la qualité et le prix peuvent cohabiter dans un segment qui jusqu’ici ne nous avait pas habitués à tant d’originalité.

 

Dodge Journey 2.0 CRD SE
5 places à partir de  25 500 €
Finitions : SX + 2 400€ 
RT + 2 250€
7 places + 1 300 €


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.