Développement durable; La Poste met la pédale douce !

Le groupe La Poste a lancé un vaste plan stratégique en région avec pour fil rouge, ou plutôt fil vert, le développement durable et responsable.

 
Au rebus la mobylette pétaradante, place aux vélos et aux voitures électriques ! Les postiers de l’agglomération toulousaine ont désormais à leur disposition des véhicules propres afin d’effectuer leurs tournées dans le respect de l’environnement. En effet, utiliser un vélo électrique plutôt qu’un cyclomoteur permet d’économiser 1 tonne de CO2 par an. Alors que les facteurs toulousains parcourent environ 5,5 millions de kilomètres à l’année, La Poste a décidé d’engager un vaste plan “Performance et Confiance” à mettre en œuvre d’ici 2012 et comprenant de nombreuses mesures en termes de développement durable : «Celui-ci est un vrai levier économique», confie Christian Merlin, délégué régional du groupe en Midi-Pyrénées, «il est un facteur de progrès et doit s’inscrire à la fois dans la réduction des coûts et dans l’innovation.»
La Poste fait donc le pari de l’électrique avec pour l’instant 40 vélos en Midi-Pyrénées et un petit camion de livraison rapide à Toulouse. Mais l’entreprise de services ne s’arrête pas là : plus de 2 000 postiers ont déjà été formés à l’éco-conduite. A l’échelle nationale, 60 000 le seront d’ici la fin de l’année. La Poste propose également à ses salariés un Plan de Déplacement Entreprise qui permet à plus de 3 000 d’entre eux, répartis sur l’agglomération, de bénéficier d’un remboursement partiel des titres de transport.
Des relevés de banque et des colis en carton recyclables, des éco-carnets de timbres ou encore l’utilisation d’encres à l’eau… La Poste mise sur la protection de l’environnement mais également sur «l’engagement social du développement durable». Car, phénomène rare en ces temps de crise, l’entreprise embauche : «En Midi-Pyrénées, 1 400 CDD ont été requalifiés en CDI. La Poste recrute chaque année 5 000 personnes et nous avons des besoins dans les secteurs de la vente, du conseil financier et dans le métier de facteur», conclut Christian Merlin.

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.