Conseil Régional ; Les Verts au travail

Le Conseil Régional Midi-Pyrénées compte 91 membres représentant les divers courants politiques. Parmi les 68 élus majoritaires réunis autour du président Martin Malvy, 15 sont issus de la mouvance écologiste “Europe Ecologie”. Le Journal Toulousain a décidé de faire un zoom sur ces oubliés du précédent mandat afin de mesurer leur impact dans la politique régionale. Rencontre avec Gérard Onesta et Françoise Dedieu-Casties, Vice Présidents du Conseil Régional.

 
Comment s’est passé ce début de mandat ? Les engagements électoraux ont-ils été tenus ?
FDC : Lors de notre élection en mars dernier, le score obtenu par le Président Malvy lui permettait d’être majoritaire à lui tout seul. Martin Malvy a respecté ses engagements en nommant 3 Vice-présidents, et en nous confiant la gestion de plusieurs commissions ou organismes. Ce faisant, il a affiché clairement l’intérêt qu’il portait à la valeur ajoutée que pouvait représenter le groupe Europe Ecologie. Ce sont 15 élus soudés qui peu à peu ont investi les lieux.

Avez-vous le sentiment d’avoir pris votre place dans les rouages déjà en place ?
GO : Le mandat va être écourté puisque la réforme territoriale a été adoptée. Nous n’avons que 4 ans pour réaliser notre programme. Ce qui m’a le plus surpris après plusieurs mandats européens, c’est la lourdeur et le manque de réactivité des services, peu habitués à une présence forte des élus. Nous avons investi les commissions et sommes force de propositions sur les dossiers que le Président a bien voulu nous confier. Notre première action aura été de faire évoluer le règlement intérieur pour que l’habitude des votes en bloc puisse laisser la place à la liberté pour chacun d’exprimer son choix en toute conscience. Les commissions qui parfois pouvaient servir de “chambres d’enregistrement” sont en train d’évoluer par notre présence sur tous les dossiers en lieux de débat.

Un mode de pensée différent

Quels sont les principaux axes que vous allez soutenir durant cette mandature ?
FDC : L’éco-conditionnalité des aides est un élément majeur de notre démarche. Il s’agit de conditionner les aides accordées par la Région au respect de normes environnementales et sociales. Au-delà du déclaratif, il convient de mettre en place les outils permettant une analyse transparente des projets en amont des aides ainsi que les contrôles nécessaires après leur utilisation. Parmi les critères envisagés : la réhabilitation thermique et les caractéristiques environnementales des bâtiments, le taux de recyclage des déchets, la conformité au respect de l’environnement des achats et des produits utilisés (achats responsables), les conditions de travail des salariés, le management environnemental… Cela sous-tend de réformer les critères des subventions pour les aides directes mais également de faire évoluer le cahier des charges pour les appels d’offres. La présence de ces règles dans le prochain budget 2011 permettra d’apprécier la réalité de la politique régionale dans ce domaine. Il faut que ce qui est vécu comme des contraintes se transforme en opportunité au travers d’un mode de pensée différent, nouveau levier de développement économique.

La Région va-t-elle donner l’exemple ?
GO : Oui au travers d’un audit de tout le bâti régional en termes de consommation énergétique et l’implantation de panneaux photovoltaïques sur 105 lycées de Midi-Pyrénées, correspondant à 200.000 m² de toitures pour une puissance totale équivalente aux besoins de 8 500 foyers. Cette opération associée à un contrat de rachat par ERDF sur une durée de 20 ans devrait rapporter annuellement 1 million d’euro au Conseil Régional et surtout aura un impact très fort sur la filière régionale en matière de création d’emplois.

Une mascarade de remaniement

Comment faire évoluer les consciences vers une économie plus éco-responsable ?

FDC : Au travers tout d’abord de la formation des élus et à la sensibilisation des personnels de la fonction territoriale aux enjeux environnementaux. Pour que les élus qui sont les décideurs conceptualisent les nouveaux enjeux, il faut les informer, les former, c’est ce qui devrait être mis en place à partir de 2011. Un groupe d’évaluation relatif à l’agenda 21 va être lancé fin novembre en concertation avec les citoyens pour tirer les leçons de l’existant et mettre en place de nouvelles actions pour le mandat en cours. Enfin, et c’est le plus important, la Région joue un rôle majeur dans la formation professionnelle et l’enjeu va consister à insérer un partie “développement durable” dans les heures de formation financée par l’institution régionale, ce qui devrait permette un éveil des consciences et une meilleure prise en compte dans les futures pratiques professionnelles. D’autres actions régionales sont portées par le groupe “Europe Ecologie”, liées à la mise en place d’un “fond carbone”, permettant de mettre en place de la séquestration CO² au travers de la création de zones boisées, mais aussi dans le domaine social, “l’accès aux soins pour tous”, la coopération décentralisée avec les pays du Tiers monde pour la lutte contre la faim portée par Fatma Adda, élue du Gers ou les réflexions sur l’ESS (Economie Sociale et Solidaire).

Un mot sur l’actualité politique et le congrès de Lyon ?
GO : La création à Lyon du nouveau parti “Europe Ecologie les Verts” a été l’occasion de rassembler beaucoup d’écologistes, des historiques comme Antoine Waechter jusqu’au très médiatique Nicolas Hulot. Pour la première fois on peut dire qu’il régnait une ambiance détendue presque bon enfant qui est de bonne augure pour la suite et l’avenir politique de ce mouvement. S’agissant de l’actualité nationale, nous avons assisté à une mascarade de remaniement qui n’est que la mise en place d’un staff de campagne pour 2012, avec un objectif qui est de continuer une politique pourtant largement décriée par les Français….

Propos recueillis
par Marie-Agnès Espa
et Gérard Arnaudé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.