Conseil Départemental de l’Ordre des médecins 3, L’organisation du système de garde en question

Docteur Thévenot

Le Conseil Départemental de l’Ordre des médecins de la Haute-Garonne, s’est réuni samedi 5 mai pour travailler sur le thème «Comment organiser la permanence des soins en Haute-Garonne ?». L’Agence Régionale de la Santé souhaite modifier l’organisation de la Permanence Des Soins Ambulatoires (PDSA) dans le département de la Haute-Garonne et plus largement en Région Midi-Pyrénées à la prochaine rentrée.

L’accès au soin est une préoccupation majeure. L’Agence Régionale de Santé est chargée de l’organisation de la Permanence des Soins Ambulatoires (PDSA) et envisage une nouvelle organisation pour l’automne prochain. Les médecins généralistes sont associés à la réflexion, et se sont réunis samedi dernier à la faculté de médecine pour en débattre.

La Permanence Des Soins Ambulatoires (PDSA) est une réponse de premier recours aux besoins de soins non programmés de la population aux heures de fermeture habituelles des cabinets libéraux et des centres de santé, c’est-à-dire entre 20h et 7h du matin. Il faut distinguer la permanence des soins ambulatoires de l’aide médicale d’urgence comme le SAMU ou les urgences hospitalières.

Comme l’explique le Docteur Jean Thévenot, Président du Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins de la Haute-Garonne «L’essentiel des soins se fait entre 20 heures et minuit, très peu d’actes sont réalisés en «nuit profonde» entre minuit et 7ha du matin» Les permanences en «nuit profonde» sont donc en question, et des pistes de remplacement à l’étude.

 

Répondre au mieux aux besoins

 

Autre constat, il semblerait qu’une grande majorité des visites à domicile pourrait se faire en cabinet, «un enfant fiévreux, on peut le mettre dans une voiture et l’amener en consultation. Pour quinze minutes passées auprès d’un patient, le médecin perd parfois une heure en déplacement» justifie le Dr Thévenot. L’objectif est de «trouver une organisation qui répondra aux mieux aux besoins de la population et d’éviter de mobiliser des médecins sur des périodes creuses», poursuit-il. L’ARS a défini six bassins de santé en Haute-Garonne ; Cornebarrieu (226 médecins généralistes libéraux), L’Union (162), Muret (204), Saint-Gaudens (96), Toulouse (578), Villefranche-de-Lauragais (170). Il faut parvenir à faire coïncider les secteurs de garde actuels avec ce découpage et trouver un mode d’organisation au sein de chaque bassin (les besoins dans le sud du département ne sont pas les mêmes qu’à Toulouse par exemple). Nombre de médecins considèrent que l’organisation actuelle fonctionne bien et ne souhaitent pas en changer. Pour l’ARS en revanche, cette organisation serait trop coûteuse. Parmi les certitudes à déplorer actuellement : le manque de médecins en zone rurale, les problèmes d’insécurité des professionnels sur certaines zones géographiques, manque d’intérêt des jeunes médecins pour les gardes, l’importance du renouvellement car près de 50% des médecins généralistes ont plus de 55 ans… Ce qui est primordial dans le débat actuel, comme le souligne le Dr Thévenot, est de «trouver une solution pour que toute personne soit soignée n’importe où et à n’importe quelle heure».

 

Marie-Agnès Espa



UN COMMENTAIRE SUR Conseil Départemental de l’Ordre des médecins 3, L’organisation du système de garde en question

  1. tonnellier.martine@gmail.com dit :

    vous êtes un menteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.