Concept Renault Alpine A110-50 : Peut-être le retour du mythe…

Présenté au Salon de Paris en 1962, l’Alpine A110 mariait légèreté et efficacité. Cinquante ans après, Yann Jarsalle, Designer et Axel Breun, Directeur Concept et Show Cars chez Renault Design, ont réinterprété les codes stylistiques d’origine tout en intégrant le nouveau langage formel de Renault initié par Laurens van den Acker sur le concept-car DEZIR et bientôt décliné sur les futures modèles de la marque. La nouvelle identité visuelle de la face avant, avec le losange droit et fier, est adaptée sur cette voiture très basse et large. Le concept Renault Alpine A110-50 se place dans notre temps et incarne avec force la passion de Renault pour le sport automobile. Réalisée chez Faster, la carrosserie en carbone arbore une nouvelle couleur bleue qui réinterprète le fameux bleu Alpine. Dommage, un mythe est un mythe. Chaque ouvrant dispose d’une cinématique à la manière des plus belles super cars. Le capot avant s’ouvre vers l’avant et celui arrière à l’opposé. Les portes s’ouvrent en élytre. Comme l’originale, l’intérieur prend comme référence le noir. Le siège conducteur brodé du logo «Renault Alpine A110-50», équipé de harnais Sabelt, présente plusieurs nuances de bleu du plus bel effet. La planche de bord est très dépouillée. Le volant avec écran couleurs, dessiné par Renault Design, identique dans sa technologie à celui de Formula Renault 3.5, fournit le maximum d’indications au pilote. Elaboré sur la base de Mégane Trophy, le concept-car Renault Alpine A110-50 en reprend les principales caractéristiques techniques. Il dispose du bloc moteur Renault V4Y, un V6 3,5 litres 24v placé en position centrale arrière qui développe 400 ch. Le concept-car Renault Alpine A110-50 reçoit une boîte de vitesses séquentielle semi automatique à six rapports, ainsi qu’un embrayage bi-disque pouvant être commandé au moyen de la pédale d’embrayage ou d’une palette au volant. La répartition des masses finales est quasi idéale avec 47,8 % sur l’avant. Fruit du savoir-faire reconnu de Renault Sport Technologies, Renault Alpine A110-50 s’imprègne de la compétition. Ainsi, il bénéficie de toute l’expérience acquise avec Mégane Trophy en reprenant sa base technique. Le châssis tubulaire qui équipe Renault Alpine A110-50 a été rigidifié et a fait l’objet de plusieurs évolutions. L’arceau de l’habitacle et le croisillon central du compartiment moteur ont été abaissés afin de s’adapter à la hauteur du véhicule, plus bas que Mégane Trophy. Les études numériques ont été réalisées par Renault Design, Koller et Etud Integral et le montage final a été assuré par Protostyle. Originalité : pour faciliter le travail des équipes de maintenance, le concept-car intègre un système de vérins de levage impensable à l’époque. Cet équipement pneumatique, directement issu des compétitions d’endurance, permet notamment de changer les roues avec une rapidité extrême. L’empattement de Renault Alpine A110-50 correspond à celui de Mégane Trophy avec 2625 mm, les voies sont quant à elles légèrement plus larges avec à l’avant 1680 mm et 1690 mm à l’arrière. Les jantes de 21’’, fixées par un écrou central, sont spécifiques et chaussées de pneus Michelin homologués pour la route. Surdimensionné, le potentiel de freinage de Renault Alpine A110-50 est en adéquation avec les performances. A l’avant, d’imposants disques ventilés en acier de 356 mm de diamètre sont pincés par des étriers 6 pistons. A l’arrière, le diamètre des disques est de 330 mm, tandis que les étriers comportent 4 pistons. Ce concept car a le mérite d’exister. Quant à le voir rouler sous une version du type série et nous faire rêver, c’est un autre problème. Il faudrait que la crise se gomme et malheureusement les prévisions ne le prévoient pas vraiment.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.