Climatisation; Eviter les pièges !

Les beaux jours ont tardé à arriver freinant d’autant la mise en rayons des équipements et des publicités sur les climatiseurs. C’est chose faite, nos boites aux lettres débordent de prospectus ventant tous les mérites des clim réversibles… Si nos experts climatologues et les derniers G8 ont mis en avant la nécessité de diviser par 2 nos rejets de CO² d’ici 2050, les industriels eux continuent à nous inciter à consommer.
La climatisation fonctionne de la même ma-nière qu’un réfrigérateur de ménage. Le système est fondé sur l’utilisation d’un fluide frigorigène qui circule en permanence dans un circuit fermé, passant de l’état liquide à l’état gazeux en absorbant la chaleur ambiante, pour ensuite la rejeter à l’extérieur. Le fonctionnement d’un système de climatisation réversible repose sur le principe thermodynamique de la pompe à chaleur. On dispose de deux appareils : l’unité intérieure que l’on installe dans l’espace à climatiser et le groupe extérieur qui se place à l’extérieur du bâtiment.
En mode climatisation, la chaleur de la pièce est captée par l’unité intérieure. Grâce à un échangeur thermique, cette chaleur est transférée à un fluide réfrigérant. Des liaisons frigorifiques évacuent le fluide réfrigérant vers le groupe extérieur qui restitue généralement la chaleur à l’air ambiant. On parle alors de détente directe.
En mode chauffage le système fonctionne ex-actement en sens in-verse. Car même lorsqu’il fait froid, l’air extérieur renferme des calories, c’est à dire de l’énergie que l’on peut utiliser pour se chauffer. Le groupe extérieur capte donc de la chaleur à l’extérieur et la transfère vers l’unité intérieure qui la restitue dans la pièce.

 

 
Les différents types

Les monoblocs, très gourmands en électricité, ils sont en plus bruyants. Les splits-systèmes ou climatiseurs réversibles équipés d’un groupe extérieur et d’une console intérieure qui diffuse air chaud ou froid selon la saison. A noter qu’il exis-te des climatiseurs multisplits dotés de plusieurs consoles intérieures.

Performances

Elles dépendent du coefficient de performance (COP). Plus il est élevé, plus le rendement sera meilleur. Un COP de 4 si-gnifie que pour 1 KW con-sommé, ce sont 4 KW qui sont restitués. Ce fameux COP est donc simplement le rapport entre puissance consommée et puissance émise. La  technologie INVERTER grâce à un asservissement vitesse du compresseur besoins en température permet d’optimiser le rendement de 30 % et d’avoir des COP compris entre 3 et 4. Ce COP est mesuré pour une température extérieure de 7°C. Attention, les produits bas de gamme ne fonctionnent plus en mode hiver (production de chaleur) à partir de – 7°C, les produits milieu de gamme et au dessus peuvent fonctionner jusqu’à – 15°C et parfois 20°C. Il est évident que plus on s’approche de la zone limite plus le COP tend vers 2 ou moins… Attention, les gaz réfrigérants sont des gaz à effet de serre mille fois plus puissants que le CO², alors vérifiez que votre appareil utilisera des gaz de type R 410A ou R407C qui ne posent en principe pas de problème…

Confort

Il convient de bien dimensionner la puissance de l’appareil. La capacité de production de l’appareil en air froid ou chaud est mesurée en Watts et il convient de prévoir 100W/m² de surface. Attention au bruit. Si vous climatisez une chambre, il faut rester absolument en dessous de 28 dB (décibels). L’idéal est de se rapprocher de 20 dB. Pour une pièce à vivre on tolère autour de 45 dB. Par ailleurs il faut au départ définir l’utilisation. Pour produire de la chaleur, attention à la limite de fonctionnement basse -7 ou  -15 °C. L’aspect esthétique entre de plus en plus en ligne de compte et les fabricants ont fait des ef-forts. La console intérieure se dissimule derrière un miroir, un cadre photo, etc.

Label énergie

Dans ce contexte de be-soin impératif de maîtrise de la consommation énergétique et de sa facture personnelle, c’est un critère fondamental. Ce la-bel établit un classement de A à G pour chaque mo-de de production (chaud ou froid). Le label A et parfois A+ représente la meilleure qualité (ex : un COP de 3, 2 sera classé A et un COP de 2,2 G). Attention exigez de voir cette étiquette avant d’acheter.

Comment s’équiper et à quel prix ?

Deux possibilités : faire installer votre Clim réversible par un professionnel (300 à 600 €) selon le type et la configuration des lieux ou placer vous-même une Clim spécifique type “prêt à poser” équipées de raccordements rapides. Côté prix on se situe entre 300 et 2000 € ou plus pour les multisplits. Souvent prix et qualité vont de pair mais il faut regarder car les écarts sont importants. Pour une habitation principale et un usage fréquent préférez une installation professionnelle pour l’occasionnel et les résidences secondaires retroussez-vous les man-ches et posez vous-même.

Avis d’écologiste

La climatisation ressort d’un besoin de confort, mais aussi parfois est le fruit de campagnes de communication des grands groupes qui génèrent le besoin et en tirent des bénéfices. N’oublions jamais que l’énergie la moins chère est celle que l’on économise ! La première action à mener est d’isoler au mieux son lo-gement puis de faire preuve de bon sens en fermant les volets quand le soleil tape, d’aérer la nuit, d’éviter les éclairages ou appareils produisant du chaud. Pensez à arroser la terrasse le soir ce qui provoquera une évaporation et une sensation de frais, etc… Pour les plus courageux intéressez vous à la technique des puits canadiens ou provençaux qui utilisent la fraicheur du sol pour climatiser. Les an-ciens s’en servaient. Qui a dit «on n’invente que ce que l’on a oublié» ? Il y a toujours un peu de vrai dans tous les dictons !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.