Bugatti Galibier ; Une automobile, une vraie

Deux noms mythiques accolés, Bugatti et Galibier et voici un véhicule, non. Une voiture ? Non plus. Une automobile, une vraie. Découvrons la plus exclusive, la plus luxueuse et la plus puissante, voici celle de tous les superlatifs que tout le monde cherchait mais qui brillait par son absence y compris sur le stand de sa marque. Voici la Bugatti Galibier présentée la veille des journées Presse, devant un parterre d’invités, trié sur le volet, au cours de la soirée du Groupe Volkswagen.

 
La conception de la Galibier relève le défi d’allier la sportivité au confort et à l’élégance d’une limousine moderne à quatre portes. Son architecture de base rappelle la forme torpille du Type 35, déjà revisitée avec la Veyron, tout en la redéfinissant.

 


Avec sa grille de calandre typique Bugatti, ses phares LED ronds hors du commun et la carrosserie profilée sur toute la longueur du véhicule, la Galibier transporte la tradition Bugatti dans notre monde moderne. Le capot moteur relevable des deux côtés renferme un moteur à 16 cylindres de 8 litres à suralimentation par double compresseur.

 


La transmission intégrale, les freins en céramique, la suspension spécialement développés pour cette automobile garantissent, malgré les dimensions imposantes de cette limousine, des performances impressionnantes en termes de maniabilité et de sécurité.

 


L’habitacle reflète l’architecture élémentaire de la carrosserie. Le tableau de bord est réduit à l’essentiel ; les deux instruments principaux sont disposés au centre pour permettre aux passagers assis à l’arrière de consulter à tout moment la vitesse actuelle et les performances du véhicule.

 


Le grand horloger suisse Parmigiani Fleurier qui élabore des montres de prestige a créé, spécialement pour la Galibier, une montre tourbillon intégrée dans le tableau de bord de la voiture et amovible afin de pouvoir être transformée grâce à des supports ingénieusement mis au point en montre bracelet, montre à gousset ou petite horloge. “Galibier” n’est pas seulement le nom d’un des cols les plus ardus du Tour de France cycliste, c’est aussi celui que portait à l’époque la version quatre portes de la Bugatti Type 57, modèle inégalé en termes de sportivité et d’élégance.

 


Au fait, la Bugatti Galibier sera sans aucun doute, aussi la plus chère, mais pourquoi en parler. Quand on aime, on ne compte pas, n’est-ce pas…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.